Nombre total de pages vues

Introduction

Le souvenir s'efface, se transforme, les écrits restent. Je voulais témoigner d'un moment de vie, un moment de passion, le partager, le faire vivre a travers quelques mots, quelques pensées profondes. Témoigner et dire la vérité sur ce qui se passe dans la tête, non pas de toutes les femmes, mais d'une femme en particulier. Que se passe-t-il lorsque cette femme mariée de 40 ans se lance dans des ébats amoureux et passionnés, lorsqu'elle décide de réveiller sa libido et se lance dans l'échangisme, lorsqu'elle fantasme... a quand remonte cet erotisme? Dans les romans tout est beau, ici, il y a aussi des maladresses. Que se passe-t-il vraiment dans la chambre et dans la tête d'Annelie? Pourquoi son mari ne lui suffit plus ? Comment recours t'elle à une aide extérieure réelle ou imaginaire? Amis voyeurs j'espère vous faire vivre des moments d'érotismes intenses, d'exhibition et de libertinage... Des mots qui laisseront libre cours à l'imagination... A bon entendeur....



dimanche 17 février 2013

ch.32 première experience soft swinging, same room sex





Un mois après leur première visite en club échangiste, un mois après s'être vu régulièrement et avoir exploré diverses possibilités pour une rencontre à plusieurs, ce mardi de fin de mai signe la fin de l'inexpérience libertine d'Annelie... 

Le jour J
La journée commence d'une drôle de manière, Annelie est troublée et sa concentration est loin d'être performante... son coeur bat rapidement et fort dans sa poitrine... elle n'a pas beaucoup dormi cette nuit de trop d'agitation... Mais pourquoi tout ce chahut bahut? Une journée importante commence pour Annelie, elle va vivre sa première  expérience  d'échangisme, aujourd'hui elle va franchir le pas.
Depuis le temps qu'elle cherche et ne trouve pas,  Nicolas a décidé de prendre les choses en main. Peut être en fait attendait il qu'elle soit vraiment prête... Ce soir ils rencontrent une ex de Nicolas (Sofia) et son ami (Paul), un novice lui aussi. Annelie ne les connait pas, elle ne connait de Sofia que sa photo de profil Facebook. Elle aurait préféré que sa première expérience à plusieurs soit avec une femme neutre, une femme qu'elle sentirait alliée et non pas concurrente potentielle ou passée, mais elle fait entièrement confiance à Nicolas, il ne ferait rien qui pourrait la blesser, elle le sent, elle le sait et ça lui suffit. La première fois qu'il avait mentionné la possibilité de les rencontrer c'était lors de leur première (et unique) visite au club échangiste, Annelie avait paniqué, l'idée que ce soit l'ex de Nicolas lui glaçait le sang. Mais l'envie de découvrir l'amour à plusieurs étant cependant pus forte Annelie avait accepté. En ce début de journée, mille questions se bousculaient dans sa tête, toutes plus perturbantes les unes que les autres, toutes plus sournoises, toutes plus inutiles... Quand et combien de temps avaient ils été amants? L'avait-il aimée? éprouvait-il toujours quelque chose pour elle? l'avait-il baisée depuis leur rencontre? Pourquoi ont ils arrêté de se voir??? Derrière toutes ces questions se dissimulait juste un fort besoin de se rassurer, de sentir qu'elle comptait plus que les autres à ses yeux, un besoin de se dire qu'elle n'avait rien à craindre et que c'était juste une autre façon de s'aimer, de vivre autre chose de fort. Un jeu. Elle parla de cette jalousie maladive avec Nicolas, à raison. D'abord il pensa qu'elle n'était pas prête (est-on jamais vraiment prêt la première fois?) puis ses réponses ont été si claires et si franches qu'Annelie s'est sentie soulagée, rassurée, et fin "prête". Le poids de cette autre femme concurrente qui pesait sur son coeur, s'était soudainement amenuisé, volatilisé, ce n'était qu'une autre femme, ordinaire. Annelie commençait a pouvoir s'imaginer lui donner du plaisir, la caresser et se laisser caresser sous les yeux tantôt écarquillés tantôt mis clos  de son amant passionné... Puis des questions d'ordre pratique ont commencé à la hanter: qu'est-elle censée faire exactement? Comment ça commence? Sera t'elle assez protégée? Et si elle restait en panne à ne pas savoir quoi faire... La encore Annelie se rationalise, elle suivra le cours de ce qui se passe et improvisera, voilà sa nouvelle devise... de l'imagination elle en a ...et avec un chef d'orchestre comme Nicolas... tout devrait bien se passer... S'il ne la laisse pas tomber au beau milieu de l'action... "Te laisser tomber? du lit?" lui avait t'il rétorqué  se voulant moqueur et rassurant à la fois. 
C'est seulement  très vaguement et sur très peu de temps qu'Annelie s'est ensuite souciée de l'autre homme. Qui était il? A quoi ressemblait il? Etait il jeune? Vieux? Beau? Laid? Mais en fait l'autre homme lui importait peu, à la différence d'une relation à deux ou l'attirance est primordiale, là c'était un jeu, peu importait les participants pourvu que la partie soit bonne... Au fond d'elle elle ne redoute qu'une chose: qu'il ne soit déçu par son physique et qu'il le lui fasse ressentir, qu'il le lui fasse payer... Mais elle sait que Nicolas ne laissera pas une telle chose arriver. Elle se sent tellement plus forte avec Nicolas face à l'"inconnu", elle sait qu'il sera là pour elle, le reste peu importe elle ne s'imagine rien de spécial, du plaisir à 4 qui il soit et quoi qu'ils fassent, ou ne fassent pas....
A quelques heures de la rencontre de nouvelles préoccupations l'occupent : son coeur ne va t'il pas exploser quand elle verra celui qu'elle aime entre les jambes d'une autre femme... Elle veut cette rencontre, oh! que oui! Elle en a rêvé des milliers de fois, mais tiendra-t'elle? Comment réagira Nicolas fasse à son comportement avec cet inconnu? s'ils décident de baiser, comment réagira t'il? si lui la baise, comment réagira-t'elle? Elle veut jouer, s'amuser, donner du plaisir et surtout rendre Nicolas fou de désir. En espérant que ce désir passionnel sera pour elle parce que partager le sexe est une chose, mais partager le désir passionnel en est une autre.... Elle panique: et si elle se faisait mettre de côté par son inexpérience? Elle sait qu'elle est capable de baiser avec une autre femme, (voir le billet intitulé première expérience homosexuelle) même une femme qui ne lui plait pas spécialement, mais est ce suffisant? sera t'elle capable d'aller jusqu'au bout? Elle a hâte de découvrir à quoi ressemble ce multi plaisir, les sensations ressenties à s'occuper de 2 voire 3 personnes en même temps.... Annelie est une inquiète née mais aussi une curieuse avide de plaisir et heureusement, sa curiosité est bien plus forte que son appréhension, son goût de l'aventure et de la découverte dépassent toutes réserves... Elle ne tient plus. Plus les heures s'allongent et plus sa petite culotte est humide... la junkie d'adrénaline est de nouveau prête à poursuivre.... A une heure du rendez vous elle se sent comme prête a faire un grand saut en benji jumping, c'est le premier pas qui coûte et l'appréhension qui crée l'excitation. Quand Nicolas lui demandera comment elle se sent en se rendant au rendez vous elle lui répondra : "comme si j'allais faire un saut en benji jumping"... bien sûr il ne comprendra pas le rapport... Elle sait qu'elle va aimer, qu'elle s'inquiète mais qu'elle finira par dire: "finalement il n'y avait pas de quoi flipper", cependant l'ascension est longue. Cette peur au ventre, cette adrénaline fait partie du jeu... n'est ce pas aussi au fond ce qu'elle recherche? Pousser ses limites, allez toujours plus loin, plus fort, maintenir cette adrénaline qui la fait vivre pleinement, se créer des rêves, les traquer jusqu'à ce qu'ils se réalisent. Elle ressentit cette même poussée d'adrénaline lorsqu'elle rencontra pour la première fois un homme autre que son mari, pour un café! La culpabilité la rongeait, c'était la peur au ventre qu'elle se rendait à son premier rendez vous extra conjugal. Aujourd'hui il lui en faut plus, elle grandit chaque jour et sa nouvelle vie la ravie... Mais parfois elle se demande jusqu'où elle est capable d'aller, quelles sont ses limites; mais au fait, des limites, en a t'elle?


L'heure H 

Elle a pris 3 douches sur la journée, sa peau est douce et seuls quelques poils surplombent son clitoris, elle est crémée, parfumée et manucurée, plus apprêtée encore que le jour de son mariage ... elle n'a plus qu'a sauter dans sa jupe en jeans et son chemisier ouvert sur un décolleté provoquant.
Sa montre s'est arrêtée ou bien est ce de nouveau cette notion de temps qui est détraquée? Annelie est souvent en retard de 5 à 10 minutes, aujourd'hui elle est prête depuis plus d'une demie heure. Elle doit se détendre un peu et ne focaliser que sur le plaisir, elle se sert donc une petite vodka pour que son coeur arrête de galoper, et reprenne un petit rythme régulier. Quand la douceur de l'alcool l'entoure, elle est plus calme et détendue. Elle pense à l'inconnu, elle le prendra dans sa bouche pour que Nicolas la regarde, elle se laissera prendre s'il la désire comme un jeu, un jeu de purs plaisirs érotiques, charnels, une invitation à la jalousie et au désir de Nicolas .... Au moment de partir la seule préoccupation qui domine est la peur de ne pas leur plaire, la peur de rester en plan. bien décidée a faire tout pour qu'ils la désirent, tous, elle ne se laissera pas mettre de côté et ne laissera pas Nicolas se distancer, c'est décidé ...
Elle est prête à se lancer dans cette nouvelle voie qu'elle aurait du suivre depuis longtemps...
Annelie arrive avec Nicolas au point de rendez vous, un café pour faire un peu connaissance avant de se lancer dans les ébats. Alors qu'ils traversent la terrasse du café, elle sent se poser sur elle le regard d'un homme agréablement surpris. C'est l'inconnu, Paul, qui maintenant a un visage, un regard, elle sait qu'elle lui plaît, elle le sent. Il est grand plutôt mince, il parait plus vieux qu'elle mais encore dans la force de l'âge, une tête sympathique sans plus. Puis elle croise le regard de Sofia, tant d'angoisse concernant cette femme qui n'en valait pas la peine. Elle a un visage sympathique mais elle est quelconque, un peu vulgaire même, elle fume le cigarillos, une odeur qui lui rappelle de mauvais souvenirs. Elle se tourne vers Nicolas et scrute son regard, il n'éprouve plus rien pour cette femme, c'est clair, elle le voit dans son regard. Son coeur s'allège et bat plus régulièrement. ils s'assoient, prennent un café et font connaissance. Nicolas lui caresse la jambe de temps à autre, comme pour la rassurer, elle le sent proche et ça lui plait. Elle a du mal à focaliser sur la discussion, sont esprit est ailleurs, mille scènes érotiques l'aveuglent, le stress limite ses capacités linguistiques. Ce n'est pas souvent qu'il la touche en public, et elle aime quand ça arrive, ça la trouble. La discussion bat son plein, ils sont sympathiques, Annelie n'est pas spécialement attirée ni par l'un ni par l'autre, mais peu importe, ce n'est pas ce qu'elle recherche. Nicolas, lui, commence à se demander s'ils vont aller plus loin, Sofia a changé il ne la trouve plus très attirante (ce qui n'est pas pour  déplaire à Annelie). Pourquoi laisse t'il la décision à Annelie? serait ce une ultime porte de secours qu'il lui offre? ou est-ce sa porte de secours à lui? Annelie ne comprend pas bien mais elle aime le fait qu'il lui offre la possibilité d'arrêter là. Cependant, elle a envie d'essayer, elle en crève d'envie non pas de baiser avec eux mais de satisfaire sa curiosité, maintenant qu'elle est sur la plateforme, elle n'a plus qu'à "sauter" et elle veut le faire ce saut, vivre ça pour la première fois avec Nicolas, depuis le temps qu'ils en parlent, alors attirants ou pas, elle elle s'en fout. Lorsqu'elle demande à Nicolas ce qu'il en pense, il lui répond (à son grand plaisir): "comme tu veux, au moins, moi j'aurai toi". Ils décident donc d'aller à l'hôtel, cet hôtel qu'ils ont déjà fréquenté si souvent ensemble. En se dirigeant vers la voiture Nicolas tient Annelie par le cou dans la rue, elle est ravie et surprise, jamais il n'avait fait ça en public mais pour rien au monde elle ne voudrait qu'il retire son bras de sur ses épaules. Il la met en garde, elle n'aura pas à faire quelque chose dont elle n'aura pas envie, la règle numéro 1 c'est de pouvoir dire non si on a pas envie de quelque chose. Elle le sent si proche, si protecteur, rien que pour ça, toute cette histoire vaut le coup. Annelie est nerveuse en voiture, comment va t'elle s'y prendre? Qui va faire quoi pour commencer? qu'est ce qu'on attend d'elle? Heureusement l'hôtel est proche et il n'y a plus de temps pour les questions. Annelie sert très fort Nicolas dans ses bras, l'embrasse comme pour profiter de ce dernier instant d'intimité et ils rentrent dans l'hôtel, tous les quatre.
Nicolas sait y faire, l'ascenseur étant petit Annelie propose de monter à pied, mais il insiste pour que les deux femmes montent ensemble... Dans l'ascenseur en quelques secondes, cette femme qui quelques heures auparavant était une concurrente potentielle devient l'alliée d'Annelie, la rivalité s'est dissipée par la magie de quelques mots échangés dans un ascenseur étroit, par la simplicité d'un toucher délicat. Quel chef d'orchestre ce Nicolas! Les hommes les rejoignent très vite, ou est ce le temps qui est détraqué de nouveau et à présent tout va très vite? Alors que la porte de la chambre n'est que mi close, pendant que Sofia et Paul vont et viennent du couloir à la chambre, Nicolas et Annelie s'embrassent fougueusement contre le mur derrière la porte, se caressant passionnellement, se dévêtissant partiellement, mettant à nu les parties de corps qu'ils veulent caresser. Annelie avait imaginé qu'elle commencerait par embrasser Sofia. Qu'elle se déshabilleraient mutuellement (comme elle l'avait fait avec Rose) et que les hommes prêteraient main forte. Mais scotchée Annelie en est incapable et Nicolas se charge de la "chauffée" pour l'orgie, quoi qu'il déclarera plus tard qu'en fait elle est toujours prête et n'a guère besoin d'être chauffée ... Jusque là Annelie ignore Sofia qui se déshabille seule à côté d'elle et continue de caresser Nicolas en l'embrassant alors qu'il la déshabille complètement. Paul, lui est déjà sur le lit, nu, en érection, sur le dos, prêt à l'action, et il regarde excité Annelie se faire caresser par Nicolas. Elle l'ignore parce qu'elle ne sait pas trop quoi faire. Cependant, ça y est, le jeu commence, Nicolas allonge Annelie nue sur le lit, sans arrêter de l'embrasser ni de la caresser, il la met en pâture aux lions avec tact et douceur, puis il se rue entre ses cuisses, Sofia la caresse, Paul lui pince les seins, elle tient la tête de Nicolas d'une main entre ses cuisses. Elle qui avait peur d'être exclue se retrouve en fait au centre même de l'action, pôle d'attraction, elle se laisse aller au plaisir. Alors qu'elle gémit sous la langue de Nicolas et de doigts dont elle ne connait pas la provenance  (...) elle prend le sexe de Paul dans sa main et le caresse. Puis elle voit Sofia disparaître entre les cuisses de Nicolas.... C'est l'entrelacs des corps qui commence, une bouche voire plusieurs, un sexe voire deux, des mains, des doigts dont on ne sait plus à qui ils appartiennent, des seins qu'on pince, caresse, lèche ou mordille... Tous s'occupent de tous au gré du désir, au gré du plaisir. Annelie ne s'occupe que timidement de Sofia, elle pince son sein, l'embrasse ou la caresse mais elle ne la lèchera pas comme elle l'avait fait avec Rose...elle voudrait le faire pour que Nicolas les regarde cette fois, mais elle n'en trouve pas l'occasion, ni le désir vraiment.... Elle masturbe Paul et Nicolas en même temps, un dans chaque main pendant que Sofia lui mange le sexe... elle lèche Nicolas avec Sofia, leur langue se mélangent sur sa verge, ses testicules, puis elles passent à Paul. Annelie aime que Nicolas la regarde. Puis c'est au tour de Paul de se retrouver entre ses cuisses alors qu'une bouche l'embrasse puis disparait. Annelie est étourdie. Elle regarde Sofia prendre le sexe de Nicolas dans sa bouche sans sourciller et quand il gémit de plaisir, elle délaisse Paul pour aller aspirer ses gémissements en l'embrassant et caresser son visage, partager son plaisir pendant que Paul enfonce ses doigts en elle. Ca lui plait de voir le plaisir sur le visage de son amant, énormément et ce d'où qu'il vienne...Puis Paul la tire à lui, elle se retourne, se sépare de son amant et ne voit plus ce qu'il fait, elle ferme les yeux mais elle entend les gémissements de plaisir de Sofia et là c'est dur...elle tourne la tête, Sofia est assise sur le visage de Nicolas... Qu'il la lèche... mais qu'elle jouisse en silence! Elle voudrait que Paul lui donne du plaisir à cet instant là, pour lui changer les idées... mais il reste passif. Sofia n'arrête pas de parler, ça déconcentre Annelie, même si elle sait que Nicolas aime qu'on parle, Annelie ça l'énerve, ça la déconcentre ... les gémissements de Sofia on fait monter l'adrénaline, la jalousie, les gémissements que la bouche et les doigts de Nicolas ont provoqués chez elle lui donne envie de se rapprocher de lui... elle revoit comme un flash les fesses de Sofia près de son visage et elle reconnait ces doigts qui s'enfoncent dans le vagin de Sofia, elle les reconnait pour les avoirs sucés tant de fois.... Il ne faut pas laisser la jalousie s'installer, il est tant de s'occuper de Nicolas. Elle délaisse Paul, un peu lasse aussi de le sentir s'exciter dans sa bouche sans lui procurer de plaisir. Elle chevauche Nicolas comme pour évincer Sofia, folle de désirs, elle l'embrasse alors qu'il s'enfonce en elle sous le regard des 2 autres... C'est la première fois qu'Annelie fait l'amour devant d'autres personnes et elle s'en moque, elle aime la douceur et la puissance de son pénis qui glisse en elle, le reste elle s'en moque. Sofia propose un sandwich, Annelie rêve de ce genre de chose mais pas aujourd'hui, pas avec Paul et pas avec Sofia qui regarde, pas maintenant, elle ne veut que Nicolas à cet instant précis, une autre fois peut être. Alors Sofia décide de lécher les bourses de Nicolas pendant qu'Annelie lui fait l'amour et que Paul lui pince les seins et la caresse en les regardant. Au lieu d'être stimulant, Annelie trouve que ça lui coupe un peu l'entrain cette participation, elle aurait voulu a ce moment juste un peu d'intimité... Elle se rattrapera plus tard... Elle se lève pour boire. Sofia sort un jouet de son sac, un oeuf vibrant, qu'elle place contre le clitoris d'Annelie en l'embrassant, Annelie elle préfère le poser sur les bourses de Nicolas en prenant son sexe dans sa bouche. Les vibrations sont faibles, ils sont habitués à plus d'intensité. Alors tout en continuant de sucer Nicolas, Annelie tend le bras et pose l'oeuf vibrant sur les bourses de Paul qui se fait allègrement chevaucher par Sofia. Annelie les caresse tous les deux pendant leur chevauchée tout en continuant de stimuler Nicolas. Sofia gémit assise sur Paul mais cette fois ça ne dérange pas Annelie, ça l'excite. A partir de ce moment, Annelie sent le désir de Paul sur elle, de plus en plus pressant... ses baisers sont langoureux elle préfère les éviter. Puis vient le moment où elle a vraiment cru craquer, le moment ou son coeur s'est serré si fort qu'il a failli saigner: Annelie tourne la tête et voit Sofia complètement étalée sur Nicolas, ils s'embrassent à pleine bouche, Sofia volant un de ces baisers qu'elle aime tant. était ce un moment creux ou juste ce baiser qui l'a mise dans cet état? toujours est il que la jalousie la piqua au vif à ce moment précis, secouée, elle changea sa respiration pour essayer de contrôler ses émotions, assise sur le lit sans bouger ces quelques secondes à les regarder lui semblèrent interminables. Mais que faisait Paul à ce moment là? N'aurait elle pas du en profiter pour s'occuper de sucer Nicolas à la place de restée comme ça, comme bloquée, pétrifiée... ces quelques secondes furent bien longues... trop longues car à présent Sofia redescend sur l'entrejambe de Nicolas et commence à le lécher de nouveau. Annelie, qui s'était promis de ne pas rester en rabe, décide d'agir, et vite, elle prend Paul dans sa bouche et lui taille une pipe digne de ce nom en regardant Nicolas droit dans les yeux comme par provocation. Ils se regardent, l'échange de sentiment dans ce regard est curieux, intense, jalousie, provocation, désir et plaisir tout y est. Nicolas a senti la tension, il dédramatise la situation avec un sourire et adoucit l'intensité de cet échange de regards en la traitant gentiment de salope juste du bout des lèvres, ce qui la fait rire et lui remet la joie au coeur. Il ne se touche pas et pourtant l'échange est si puissant a cet instant. Puis elle ne tient plus de nouveau, elle le veut en elle, qu'il la baise qu'il la fasse partir, qu'il aille au plus profond de son corps, qu'elle lui donne un plaisir intense, qu'ils crient, en même temps ou non, mais ensemble. Paul ne lui donne pas vraiment de plaisir, Paul reçoit, est ce parce qu'il est novice? Sofia fait de son mieux, c'est une habituée... Annelie essaie elle aussi. Mais elle ne tient plus, c'est Nicolas qu'elle veut en elle, c'est son corps tout entier qu'elle désire. Elle l'embrasse et le supplie de la prendre, que lui vienne sur elle, qu'il la domine, lui enfonce son désir au plus profond de ses entrailles.... il s'enfonce en elle doucement, elle soupire bruyamment et plus rien ne compte, ils peuvent faire ce qu'ils veulent à coté, même si une main caresse ses bourses à lui ou une autre pince ses seins à elle, si on touche son clitoris ou caresse l'anus de Nicolas ou le sien alors qu'il va et vient, plus rien ne compte, ils sont en symbiose parfaite. Le regard plongé dans celui de l'autre, ce qui passe est très puissant, d'une intensité rare. Puis, alors qu'il s'enfonce en elle avec de plus en plus de force, il lui avoue qu'il ne veut pas que Paul la baise et ça la soulage parce que elle n'en avait pas spécialement envie non plus d'une part mais surtout parce que c'est ce qu'elle voulait entendre de sa bouche. Sentir sa jalousie, sentir qu'il la voulait tout à lui, lui aussi. Honnêtement elle n'a pas envie qu'il baise Sofia non plus, elle n'a plus envie de le partager. Pas avec elle. Pas maintenant. Pas cette fois. Avec un autre homme ou une autre femme ça aurait peut être été différent, mais Annelie a l'impression qu'ils sont tous les deux désespérés de les baiser et cette désespérance la repousse un peu. Elle ne comptait pas faire jouir Nicolas tout de suite pour ne pas ruiner sa soirée, mais avec cette idée de s'appartenir complètement, le désir s'intensifie, son vagin se contracte, elle sait qu'il ne résistera pas non plus longtemps si elle n'arrête pas, mais elle n'arrive pas à arrêter, elle sent son pénis gonfler en elle, elle aime tant ça. Et alors que Nicolas continue son va et vient intense ils ne tiennent plus tous les deux, ils décollent loin, très loin , fort très fort, ce n'est pas aussi intense physiquement que certaines fois mais d'une intensité psychologique immense. Puis ils restent là, collés l'un à l'autre.... Le regard de l'un plongé dans celui de l'autre, elle le lit à livre ouvert et elle adore ce qu'elle y voit, caressant mutuellement leur visage en sueur, comme heureux de s'appartenir, ils oublient le monde autour d'eux. Ils ne font qu'un, jamais Annelie n'avait ressenti quelque chose d'aussi fort, elle est heureuse, vraiment heureuse. Les autres s'impatientent, ils aimeraient bien un peu Annelie, mais Nicolas refuse de la partager ce qui ravie Annelie à un point tel que son coeur bat la chamade encore plus fort. Alors que Nicolas retient toujours Annelie prisonnière entre ses bras, son sexe toujours planté en elle, Sofia et Paul continuent leurs activités érotiques, le lit tremble c'est étrange de regarder un autre couple baiser à coté. Puis Paul se met debout et Sofia à 4 pattes au bord du lit et alors qu'il la prend en doogy bruyamment, Sofia réclame Annelie à grand cri, Nicolas desserre doucement le lien qui les unit et la libère, Annelie se prête au jeu et se laisse dévorer le sexe alors que Nicolas la sert dans ses bras. Annelie éprouve plus de plaisir à être dans les bras de Nicolas, qu'il la regarde prendre du plaisir que d'avoir son clitoris stimulé par la bouche de Sofia... Puis le jeu se calme. Il fait chaud, très chaud. Sofia n'a qu'une envie c'est de monter Nicolas et que Paul s'occupe d'Annelie, ce Paul qui devient toujours plus pressant, qui l'embrasse et ne la laisse plus, qui lui fait signe de s'approcher et de le sucer. Après ce qu'elle vient de vivre avec Nicolas elle n'a plus envie de rien, Nicolas non plus n'a plus l'air d'avoir envie d'autre chose. Elle trouve une issue, elle saute dans une douche froide pour se rafraichir. Puis Nicolas prend une douche lui aussi et dans la salle de bain ils se mettent d'accord pour partir. Nicolas prétextera qu'Annelie doit rentrer pour les enfants. Sofia est déçue, ce n'était que du same room sex (du soft swinging la corrigera Nicolas) elle ne l'a pas encore "monté" et Annelie se s'est pas occupée de Paul.... Nicolas mettra fin à ces tergiversations en disant que c'était déjà bien pour la première fois d'Annelie, qui ceci dit ne s'est pas trop mal débrouillée. Annelie aurait pu s'occuper plus de Paul pendant leurs ébats mais n'en a pas trouvé la nécessité, Paul ne s'est pas présenté à elle non plus comme il aurait pu le faire par exemple quand Annelie était assise sur la bouche de Nicolas pendant que Sofia lui taillait une pipe... Que faisait Paul? Il attendait peut être... A moins qu'une des mains de Sofia trainait sur son pénis (qui soit dit en passant ressemblait à un serpent coloré insipide) .. Le pauvre, l'attention était plus portée sur Nicolas et sur Annelie que sur lui, mais il n'avait qu'à se bouger un peu... Elle aurait pu avoir un contact plus proche avec Sofia aussi, mais elle n'en avait pas spécialement envie non plus, alors qu'elle avait pris le sexe de Rose à pleine bouche lors de sa première expérience homosexuelle, là, ça ne lui disait rien... ce qui revient au point de départ, peut être faut il une complicité entre les femmes, comme elle en avait eu avec Rose (même si Rose ne l''attirait pas physiquement non plus, elles partageaient un état psychique). Se sentir proche et dans le même état d'esprit, loin du désespoir de cause....


En attendant, Annelie se couchera heureuse ce même soir, non pas différente mais avec l'impression d'avoir gagné un cran dans sa relation avec Nicolas. L'intensité de ce qu'elle vient de vivre est une première, Une intensité de sentiments et de complicité passionnelle venait d'être échangée par le biais de leur regard, des sentiments que des mots n'auraient suffit à dire, des émotions intenses de jalousie, de passion, de désir, et d'amour. Un état second qu'Annelie n'est pas prête d'oublier. C'était à vivre, Annelie espère : à revivre aussi. Pas pour la relation sexuelle en elle même parce que nos amants prennent plus de plaisir quand ils sont tous les deux et le choix du couple semble a posteriori pas vraiment le meilleur, mais pour tout cet échange de sentiments puissants irremplaçables et l'excitation que procure tous ces corps qui se mélangent. C'est donc heureuse qu'Annelie se recroqueville dans son lit le soir venu, serrant fort ce gros coussin de nouveau en guise d'amant, pensant à la douceur, la chaleur, et la sécurité que ses bras lui offrent, impatiente qu'il la serre de nouveau très bientôt dans ses bras souhaitant que cette émotion d'une intensité incroyable perdure.
Annelie a donc fait le pas et elle sait une chose maintenant: ça ne valait pas la peine de s'inquiéter. :) Nicolas a été à la hauteur de ses attentes comme toujours elle espère l'avoir été elle aussi. Elle sait aussi désormais qu'elle aime regarder Nicolas prendre du plaisir, même avec une autre femme (entendre l'autre gémir sous sa langue ou sous ses doigts n'est pas un sentiment agréable certes, mais ça fait parti du jeu). Annelie a vécu ça comme un moment très fort en émotions, et en a ressentie une envie de lui encore plus grande. Si parfois ça lui a fait mal, peut être est ce parce que Paul n'a pas su détourner son attention à ce moment là. Ou peut être parce qu'il n'y avait pas assez de complicité entre les deux femmes? Ou peut être tout bonnement parce qu'elle l'aime comme une dingue ... Il faudra renouveler l'expérience avec un homme plus expérimenté, et une femme avec qui elle est complice. Peut être devraient ils passer au trio... Ou alors être plus nombreux encore pour que chacun soit diverti dans des moments de jalousie intense... Ou encore juste rester à deux et s'offrir l'un a l'autre à 100% ...ce qui n'est pas mal non plus... Qui sait... Il faudra tout essayer pour le savoir....




samedi 16 février 2013

Ch36 Boules de Geisha et orgasmes de St Valentin





Je t'attends, seule sur le canapé. Je sais que tu vas arriver d'un moment à l'autre mais je me languis de plaisir,  j'ai envie de commencer seule, me préparer pour toi, être  chaude, humide et très excitée quand tu arrives. Je retire ma petite culotte de satin bleue et replie légèrement mes genoux, les talons hauts sur l'assise du canapé, les cuisses bien écartées. D'une main je caresse délicatement mon sexe humide qui commence à glisser agréablement, de l'autre je sors un sein de mon décolleté et pince allègrement mon téton qui durcit. Mes doigts entrent et sortent en moi avec douceur puis glissent divinement sur mon clitoris. Je porte mes doigts à ma bouche, ce gout m'est si familier... puis j'arrête un instant pour t'envoyer un message t'annonçant que je commence sans toi, un message qui j'espère te fera participer et ne manquera pas de t'exciter... Tu n'es plus qu'à 5 minutes, je reprends mes douces caresses et j'imagine ce regard que  tu porteras sur moi en entrant, ce regard plein de désir que je te connais si bien, celui que tu as chaque fois que tu me regardes me caresser... J'adore sentir dans tes yeux ton envie de te jeter sur moi, ton désir intense de plaisir. Tu entres, je continue à me caresser, encore habillée mais très provocante. Tu écarquilles les yeux...ça me plait. Après un moment de légère paralysie, tu me présentes un paquet, tu as un cadeau pour moi, un cadeau de St Valentin auquel je ne m'attendais pas, ta visite était déjà un très beau cadeau... mais ce cadeau que tu apportes me remplit de bonheur non pas parce que tu as pensé à moi, mais parce que tu as pensé à nous... je me précipite sur le paquet du sex-shop que tu me tends, tu m'as acheté les jolies boules de Geisha que j'avais tant envie d'essayer .... j'écarte mes cuisses de nouveau, mon sexe  est toujours très glissant. Tu me regardes introduire la première boule en moi, elle y glisse facilement, mon sexe résiste légèrement et très agréablement au départ puis d'une légère pression la boule disparaît... Mon petit soupir t'excite je le sens. Tu te déshabilles en me regardant, les yeux mi-clos de désir. Je te regarde amusée , puis te souris en  introduisant  la deuxième boules sous tes yeux qui se dilatent de plaisir. Elle rejoint la première et la pousse légèrement tout au fond de mon vagin, je retiens mon souffle, une bouffée de chaleur v'envahit. La sensation est agréable et la situation tellement excitante. Je me lève, mes mouvements me procurent une sensation qui m'était jusqu'à lors inconnue et je viens t'embrasser. 




Nos corps se réclament, nos lèvres se dévorent,  nos mains se saoulent de caresses. Tu me déshabilles complètement pendant que je joue d'une main avec ton sexe, les boules en moi passent presque inaperçues lorsque je ne bouge pas. Je m'accroupis nue en talons aiguille et je te prends dans ma bouche. Ton désir s'offre à moi, si dur et si doux à la fois. Cette position fait cogner les boules légèrement l'une contre l'autre, mon vagin se contracte de plaisir, je te dévore de plus belle. L'envie que j'ai de toi est insatiable, complètement irraisonnable. J'enfonce ton sexe jusque dans ma gorge en caressant tes testicules, tu gémis en caressant mes cheveux puis ton bassin bouge légèrement en serrant ma tête à deux mains,  tu baises ma bouche, tu y entres et en sors comme tu le ferais dans un sexe chaud doux, et humide. Je joue avec ton sexe contre mes lèvres entrouvertes puis caresse ton pénis en léchant tes testicules. Tu me relèves et m'entraîne sur le lit. Je m'allonge sur le dos la tête au bord du lit et toi débout près du lit tu poses tes bourses sur ma figure, je te lèche, te mordille, aspire tes testicules et dis non vivement de la tête m'assurant que ma langue sortie et bien raidie masse toute la zone située entre tes  bourses et ton anus. Puis tu enfonces ton sexe dans ma bouche et te penche en avant pour me dévorer toi aussi dans un 69 endiablé. Je sens mon plaisir déplacer les boules de Geisha, ta langue est miraculeuse, le plaisir est accentué, un immense désir de te donner un plaisir intense m'envahit, je veux te dévorer sans limites... Nos corps se mêlent et se démêlent mais ne se lâchent plus.  Quelle délicieuse sensation quand recouvrant ton corps de mon corps j'offre au plat de ta langue mon clitoris à l'agonie et que d'une main délicate tu joues avec la ficelle qui déplace les boules placées au plus profond de mon corps. Quand en me léchant tu masses mon périnée  faisant bouger ces boules magiques, je perds la tête; le souffle coupé je ne peux plus résister et je me laisse aller au plaisir intense. Comme paralysée j'arrête de te lécher, mes membres ne répondent plus à mes ordres, puis mon corps se met à vibrer, d'abord de légers tremblements puis de secousses plus fortes, ma respiration se bloque, mon corps adonné au plaisir subit un dysfonctionnement total... L'orgasme, est d'une violence inouïe, mes muscles se bandent, mes traits se déforment, mon corps prend des positions inhabituels et refuse de revenir à la normale. Mon estomac se retourne, mes pensées divaguent, mes doigts se crispent et s'agrippent à tout ce qu'ils peuvent comme si mon corps craignait de tomber, comme si serrer fort annihilait la douce souffrance qui m'envahit,  amenuisait cette décharge électrique qui me secoue et arrache à mon corps toute résistance. Tu m'enivres de plaisir.  Complètement dépendante de cette  douce drogue, intoxiquée je te veux plus encore, plus loin, plus fort. Mon clitoris sensible agonise sous tes caresses, mon corps lui continue de te réclamer à grands cris. Tu me stimules de nouveau, fort, plus fort , toujours plus fort. Je suis dans état d'où il est difficile de revenir. Mon corps est avide de ta puissance, de ta jouissance. Donne moi du plaisir jusqu'à ce que, épuisée, je ne réagisse plus et que les cuisses écartées, gisant sur le lit   j'abandonne  toute rationalité, dans la déchéance totale, le regard vague, la respiration courte, et le sexe encore affamé de nos ébats. Je te supplie de me pénétrer, ou est ce toi qui me supplies? Tous les deux animés par ce même désir irrépressible de s'abandonner  complètement l'un à l'autre, on ne sait plus très bien lequel des deux supplie l'autre. Tu retires délicatement et délicieusement les boules de mon vagin. Je veux sentir la fermeté  de ton sexe glisser en moi, ta verge frotter contre mon point G, je ne tiens plus. Assise sur toi, tu glisses en moi. Le plaisir est tel que j'ai envie de crier, ces va et vient qui stimulent  la paroi interne de mon corps sont irrésistibles, les va et vient secs ou je te sens tout au fond de mon corps me rendent dingue. Je m'agrippe à tes épaules et je t'enfonce plus encore en moi... L'irrégularité de tes mouvements me donne un plaisir immense, tes mouvements doux animent mon désir et tes mouvements saccadés me font décoller d'une jouissance extrême, puis tu arrêtes et la j'agonise jusqu'à ce que tu reprennes le mouvement ... Je te veux ... Prends moi, baise moi au plus profond. Je veux sentir ton sexe battre en moi et exploser, te sentir partir et regarder ton visage se déformer, t'entendre crier de plaisir ... N'arrête pas mon amour, n'arrête pas... Ca y est je te rejoins dans ce moment divin de complicité, d'amour et de passion... Notre jouissance quasi simultanée est d'une extrême intensité. Puis nos deux corps à l'agonie retombent, incapables de se décrocher l'un de l'autre, liés par trop d'intimité. La position n'est pas confortable certes mais pour rien au monde je ne voudrais que tu te retires. Nos respirations sont synchronisées, nos cœurs battent en rythme, le monde est à nous, l'amour a vaincu. Dans les bras l'un de l'autre nos corps ne font qu'un, liés par un bonheur intense, une séance orgasmique de St. Valentin... Finalement ce n'est pas si mal la St Valentin...  

jeudi 17 janvier 2013

ch.31 première visite en club échangiste



J-2
Dans deux jours, nos deux amants vont se rendre dans un club échangiste, une première tant attendue. Nicolas, enfin libre un samedi soir, décide d'amener Annelie dans le seul club échangiste de la ville qui vient d'ouvrir. Annelie est dans un état très bizarre. Excitée elle ne pense qu'a ça et le temps semble s'arrêter. Mais aussi anxieuse. A tort ou à raison, une boule lui serre l'estomac, comme à chaque nouveauté. Qu'est ce qui se passe exactement dans ces clubs? et s'ils se mélangent avec d'autes, comment ça se passera? L'idée de corps qui s'entremêlent, de goûts qui se mélangent éveillent sa curiosité et met tous ses sens en excitation... L'idée de voir l'homme qu'elle aime de tout son être s'enfoncer dans une autre qu'elle, lui fait terriblement peur. Annelie connait ce goût du challenge, cette excitation qu'elle redoute, Annelie aime plus que tout cette adrénaline, qui fait battre son coeur. Depuis l'adolescence elle se fixe des objectifs qui la terrifie tout autant qu'ils la stimulent. Elle a l'impression d'être dans la file d'attente d'un manège a hautes sensations, l'excitation monte, elle attend impatiente se demandant aussi si elle tiendra jusqu'au bout, si à la première issue de secours elle ne se dégonflera pas. Les rares fois ou elle a pris cette sortie de secours elle l'a amèrement regretté par la suite, notamment lors de sa première rencontre avec Nicolas, elle s'est dégonflée il est rentré bredouille et elle, en larmes, en colère contre elle même, se traitant de dégonflée, furieuse d'avoir sans doute raté quelque chose. Elle y est retournée depuis et comme une addiction elle ne rate plus un instant de ce plaisir intense. Alors que se passera t'il dans 48h lorsque ce sera a son tour de monter? Elle sait qu'au départ elle sera très nerveuse puis que, par la suite, elle ne voudra plus redescendre, enivrée par les virevoltes, shooter à l'adrénaline, prête à retenter l'experience. Ne l'oublions, pas aussi raisonnable qu'Annelie puisse paraitre, c'est avant tout une adrénaline junkie, une accroc du plaisir. Tout cela ne serait il pas plus facile avec quelqu'un qui ne compte pas pour elle? Elle sait que Nicolas ne la pousse pas et elle se sent en sécurité avec lui, elle sait qu'il lui laissera une issue de secours si besoin est mais pour l'instant, ce qu'elle souhaite c'est qu'il lui mette un coup de pied au cul si elle commence à reculer. C'est l'occasion, peut être l'unique, le moment tant attendu. qu'elle laisse son anxiete au placard, qu'elle se laisse porter et profite de ce moment intense. Nicolas lui est très calme, très excité mais très calme. C'est un habitué, il sera bien comme toujours, parfait même et il fera ce qu'il y a de mieux pour eux deux, elle en est convaincue....

Jour j
Ça y est le moment est arrivé, après avoir changer de tenue 5 fois Annelie est enfin prête. La seule chose qui lui plaisait dans sa tenue c'était le petit porte jartelles et les chaussures noires à hauts talons qu'elle s'etait achetés la veille. Finalement elle porte une jupe droite courte gris foncé et un chemisier près du corps et décolleté noir. Un soutien gorge a balconnets noir, le porte jartelles noir sans culotte... et des bas couleur chaire. Est ce une tenue adéquate? Annelie se demande bien ce que portent les femmes qui fréquentent ces endroits, sera t'elle assez sexy? Pour les hommes c'est tellement plus simple: chemise et pantalon, au club échangiste tout comme au bureau ou au café!

La nuit même...
Quand Nicolas passe la prendre à son domicile, elle est calme et détendue, sans doute sous l'effet du verre de vodka, prête à s'amuser, prête à passer une bonne soirée. Avec Nicolas seul ou avec Nicolas et d'autres... Rien n'est fixe, adviendra ce qu'adviendra, il faut en profiter. Peut être rejoindront ils une ex de Nicolas et son ami, ou de parfaits inconnus ou encore personne... Peu importe ... La soirée s'annonce chaude quoi qu'il en soit. Annelie est seule à la maison mais Nicolas préfère attendre qu'elle descende dans la voiture, il sait que s'il monte ils se dévoreront à n'en plus finir animés par le feu qui brule en eux. L'excitation est au summum. L'attente accroit le désir, le plaisir n'en sera que décuplé. Elle descend, au moment de s'asseoir dans la voiture un des liens de son porte jartelle lâche! Son atout fatal (pense t'elle) l'abandonne! Elle est d'abord gênée puis elle se met à en rire, et finira par complétement l'enlever et le ranger dans son sac à main, la tenue n'en sera que plus légère, si pas plus sexy. Il arrivent dans la banlieu nord ou se situe le club, difficile de se garer. Voila sa porte de secours, pense t'elle... S'il ne trouvait pas de place, ils iraient ailleurs.... Mais Nicolas finit par trouver une place de stationnement,  Annelie sent la tension monter de nouveau. Heureusement l'atmosphère se détend bien vite, en se rendant au club la semelle de la chaussure de Nicolas se décolle, et les deux amants partent dans un fou rire à ne plus finir, un de ces fou rires qui rendent la vie joyeuse, qui dedramatise les situations stressantes. A la Mac Gyver Nicolas répare sa chaussure avec l'élastique à cheveux d'Annelie. Décidément la soirée commence bizarrement, mais elle est tellement authentique! La deuxieme issue de secours vient de passer, Nicolas aurait pu décider ne pas se rendre au club avec une chaussure rafistolée. L'aventure continue, Annelie devient de plus en plus curieuse... que se passe t'il vraiment dans ces clubs? Ils arrivent à l'adresse, c'est un petit complexe commercial ouvert sur 2 étages avec différentes entrées, des magasins au rez de chaussée et au premier. Le club est sensé être au deuxième, on ne voit rien de l'extérieur, c'est très discret. Ils tentent l'ascenseur de derrière. Mais l'ascenseur ne monte pas au deuxième. Alors il tente l'escalier en colimaçon frontal; au premier, le bâtiment est désert. Si Nicolas n'avait pas été la, Annelie serait repartie pensant que l'adresse etait fausse et sautant sur l'opportunité d'une troisième issue de secours... Puis ils entendent des voix, un autre escalier accède au club à partir du premier étage. L'entrée est très discrète et sobre. Annelie ne s'attendait pas à un tel endroit, à l'entrée sur la droite un rideau de perles rouges sépare une pièce sombre ornée de petits fauteuils sans dossiers a peine visibles, sur la gauche une pièce plus vaste mais avec des lumières tamisées. Un bar rond central d'un coté et 5 ou 6 tables basses individuelles avec des canapés de velours rouge au dossiers en forme de coeur de l'autre. L'endroit est assez éloquent mais pas indécent ni glauque. Annelie, pas très à l'aise ne s'y sent pas mal. Les patrons sont très accueillants et sympathiques. Des gens sont au bar, et deux couples sont sur les canapés. Annelie et Nicolas s'installent à une table. Ils commandent un verre. Annelie n'est pas sûre de ce qui doit ou va se passer. Elle est cependant très contente au fil et a mesure que la salle se remplie de constater que ce sont des gens de tous âges (elle craignait ne voir que des jeunes) la plupart on la trentaine avec des plus jeunes et des plus vieux. Des femmes habillées très sexy et d'autres en tenues ordinaires, elle craignait ne pas coller au décor, elle se trompait. Nicolas caresse les cuisses et les seins d'Annelie alors qu'elle niche son visage au creux de son cou. Elle a très envie de lui, de sa tête entre ses cuisses, de son sexe dans sa main... Elle va aux toilettes retirer son soutien gorge pour que Nicolas sente mieux ses tétons sous ses doigts. Elle revient plus légère à la table; à l'endroit ou elle est assise, un spot éclaire sa jupe, elle aurait préféré plus d'obscurité surtout quand Nicolas glisse sa main sous sa jupe pour caresser don sexe humide. Son porte jartelle aurait était un atout très sexy s'il ne lui avait pas fait faux bond. Ceux qui sont en face et ceux qui entrent peuvent ils voir qu'elle n'a pas de culotte? Peu importe, ça existe Nicolas, ça l'excite elle, c'est pour ça qu'ils sont la. Et honnêtement tout le monde s'en fou, tout le monde est là pour la même chose. En scrutant la salle Nicolas et Annelie sont d'accord sur deux femmes, celle au cigare qui a l'air complètement perdue et l'autre plus habituée qui est accompagnée d'un homme plus âgé. Annelie aime bien aussi l'homme du couple assis a coté mais pas sa copine, trop jolie, trop sexy... Rien que de regarder et faire une tentative de choix excite énormément Annelie. Nicolas explique à Annelie que ce sont les femmes qui s'arrangent entre elles. Annelie pétrifiée est incapable de faire le pas. Ce qui n'est pas pour déplaire à Nicolas, qui s'en amuse. D'autres couples arrivent et les deux femmes intéressantes sont déjà avec d'autres couples, des gens avec qui ils ont déjà baisé apparemment... Si la femme au cigare avait l'air novice, l'homme au cigare lui ne l'était pas et semblait bien connaitre la femme plus âgée qui s'installe à leur table. Deux couples se mélangent et se séparent. L'un des nouveaux couples formés commence sur le canapé, ils s'embrassent et se touchent puis disparaissent derrière le rideau de perles. L'autre se retrouve au bar s'embrasse et se touche. Quand le premier couple réapparait les deux femmes se retrouvent au bar et joue l'une avec l'autre. Annelie trouve ça très excitant. Elle voudrait avoir le courage d'aller derrière le rideau... Mais elle reste la pétrifiée folle de désir de prendre Nicolas dans sa bouche. Le patron du club vient les voir, pour voir ce qu'ils pensent de l'endroit, puis il explique à Annelie que c'est pervers de rester avec son homme, que dans ce genre d'endroit le "normal"est d'aller avec d'autres. Annelie le sait mais c'est de Nicolas dont elle a envie, une envie dingue d'ailleurs... Elle voudrait, mais en meme temps ce n'est pas aller avec un autre homme qui l'interesse, elle n'a plus peur non plus qu'il approche une femme, quoiqu'il se passe, elle le sent là complètement avec elle. Une seule chose cependant, elle n'aimerait pas qu'il disparaisse dans un endroit ou elle ne peut pas le voir et qu'il la plante là, c'est tout, ça, ça la rendrait très malheureuse, même si pendant ce temps un bel Apollon s'occupait d'elle. Ça fait deux heures qu'ils sont là, Annelie meurt d'envie de s'asseoir sur lui, de ses mains, de sa bouche, alors quand il lui propose de rentrer Annelie est ravie. Un peu inquiète de ne pas avoir été à la hauteur, puisqu'elle n'a abordé personne, mais ravie de partir pour qu'ils se retrouvent tous les deux. Alors qu'ils redescendent l'escalier du club, Nicolas la bloque contre le mur de la cage d'escalier exterieur , l'embrasse passionnellement en caressant son sexe ruisselant. Elle sent son désir si fort, elle voudrait qu'il la prenne là dehors, contre un mur dans un petit coin sombre....n'importe où mais là tout de suite...





En voiture elle commence à le caresser, mais il ne l'autorise qu'à se toucher elle même. Nicolas aime ce genre de jeu, l'abstinence, l'interdiction qui amplifie les désirs. Elle ça l'excite de sentir sa domination. Elle remonte sa jupe et les jambes écartées elle commence à se caresser, son sexe est si humide que sa main glisse très facilement entre ses lèvres et sur son clitoris. Puis il glisse sa main entre ses cuisses et la caresse tout en conduisant, elle gémit. Il lui donne un orgasme sans lacher le volant, changeant ses vitesses de l'autre main pour ne pas interrompre les caresses. La maison semble loin...
Arrivés chez Annelie, Nicolas lui demande de se déshabiller et de l'attendre sur le lit, les jambes écartées (comme chez le docteur)... à peine déshabillée (à la hâte, avouerons nous), Nicolas se jette sur le sexe d'Annelie et le dévore comme affamé, privé depuis une éternité. Elle crie dans son orgasme, tout est si intense.
Les deux ou trois heures qui vont suivre vont être inoubliables. Un entrelas incroyablement passionnel et intense, leur esprit est ailleurs, leur corps réunis se réclament a grand cris. Jamais Annelie n'avait ressentie une telle fureur d'aimer une telle intensité passionnelle un tel désir de l'autre. Elle se souvient presque tomber du lit, se tenir d'une main sur le meuble, d'avoir le tête à la renverse presque touchant le sol ... Elle se souvient le dévorer avec une telle passion... Elle se revoit aussi un pied au sol un genoux sur le lit monter et descendre son sexe sur la bouche de Nicolas allongé sur le bord du lit. Elle se souvient lui avoir masser les testicules avec le vibromasseur en engloutissant sa verge au plus profond de sa gorge, et ce même vibromasseur vibrer en elle alors que de sa langue il lui donnait un orgasme clitoridien. Il la baise, la leche, la pénètre de ses doigts, l'embrasse et la caresse, elle l'englouti, le chevauche, le caresse, lui pince les mamelons, le serre et l'embrasse pendant plusieurs heures ...







Cette soirée restera a jamais graver dans sa mémoire, Nicolas lui avouera qu'il n'a pas souvenir de s'être jamais senti dans cet état avant... Un vrai compliment de la part de Nicolas parce qu'avec son expérience et son expertise jamais elle n'aurait imaginé un jour détenir la palme de l'avoir mis dans un tel état. Comme ahuris, abasourdis, ils n'en reviennent pas. Ils n'ont baisé avec personne d'autre mais l'effet était réussi.
Epuisée de trop d'orgasmes, Annelie voudrait se blottir contre lui et s'endormir là dans ses bras, elle est si heureuse mais Nicolas doit se rhabiller,  il doit rentrer chez lui. Annelie n'a même plus la force d'être déçue il est 5 heures du matin, elle le laisse disparaître, serre son gros coussin en guise d'amant et s'endort profondément.

J+1
Nicolas a perverti Annelie, ou est ce elle qui est totalement pervrtie et lui qui lui permet d'exprimer cette pervertion? ... toujours est il que toute la journée elle n'a pensé qu'à ça, et tout ce qu'elle aurait pu faire et n'a pas fait.
Dès le réveil elle se demande si elle revivra une telle intensité un jour, elle est si reconnaissante d'avoir vécu ça au moins une fois dans sa vie, une intensité physique démoniaque, paradisiaque...
Annelie a désormais envie d'aller plus loin, franchir le rideau de perles et dans l'obscurité découvrir de nouvelles sensations, vivre l'inconnu ...Annelie est encore plus curieuse maintenant, cette rencontre à plusieurs elle la désire plus que jamais, femme, homme les deux... Peu importe.. Regarder Nicolas la regarder lécher le sexe d'une femme, ou prendre un autre homme dans sa bouche, peu importe... sentir une pénétration en pleine fellation, ça la rend dingue, complètement excitée ... elle ne serait pas surprise que ce soit l'objet d'un prochain chapitre.... l'avance est progressive mais avancée il y a...

mercredi 16 janvier 2013

ch.30 plaisir et Aneros




Ils s'embrassent, se touchent, se caressent tendrement dans la cuisine, devenue lieu de prédilection. Nicolas glisse la main dans sa jupe sans l'ouvrir comme il le ferait avec un pantalon. Il serre son clitoris entre ses deux doigts et la caresse en l'embrassant à pleine bouche. Il dévore son cou, elle frissonne de tout son corps. Il dégrafe son soutien gorge et sous son chemisier pince le bout de ses seins durcis. Elle baisse son pantalon et en équilibre sur ses talons hauts elle s'accroupie et le prend dans sa bouche pendant qu'il boit son café. Elle joue de sa langue, il entre et sort entre ses lèvres. Alors qu'elle se sert de ses lèvres pour aspirer la peau de ses testicules, et que de la pointe de sa langue elle s'applique à lui donner du plaisir, il se dévêtit de son pull et de sa chemise puis torse nu lui caresse la tête et les cheveux. Son sexe est si tendu qu'Annelie prend beaucoup de plaisir à le prendre dans sa bouche et à le lécher. Nicolas l'entraine alors dans la chambre. Elle retire sa jupe et son chemisier. Puis s'étend en string, bas nylon et chaussures à talons sur le lit, les seins tendus implorant une attention particulière. Nicolas la tire vers le bord du lit, la dévêtit complètement et agenouillé au sol il plonge la tête entre ses cuisses, dans son sexe humide et doux et d'une main agile torture son sein excité. Annelie aime ces sensations fortes, elle aime sentir son désir, elle se tortille, elle sent l'orgasme qui monte,  elle savoure...
Son bas resté sur le lit lui donne une idée, elle demandera à Nicolas plus tard de lui attacher les mains avec... En attendant elle agrippe les cheveux de Nicolas et guide sa tête vers l'orgasme. Son corps se raidit, une décharge électrifie tout son corps, elle explose de plaisir sans plus aucun désir de se retenir. Il s'allonge sur le lit elle l'embrasse et le caresse, aujourd'hui elle voudrait que le plaisir soit centré sur lui. Leurs baisers sont très tendres et passionnés, le contact de ses lèvres la fait frémir à chaque fois. Elle caresse d’une main son pénis en l'embrassant tendrement puis quitte sa bouche pour glisser vers son sexe en érection. Elle est penchée sur lui sur son coté, quasi a quatre pattes, lui offrant sa croupe et son dos cambré… il ne résiste pas, ses doigts glissent sur son sexe humide et le pénètre  puis il la tire vers lui et la dévore de nouveau dans un 69 érotique à souhait. Les sensations sont si fortes qu'elle délaisse le pénis de son amant un moment pour s'assoir sur sa bouche et se concentrer sur ce plaisir inouï qu’il lui procure. Sa langue est si douée. Elle part de nouveau dans un torrent de sensations fortes, son sexe coule sur sa bouche, elle se retourne vivement pour l'embrasser et lécher les lèvres chaudes et humides de son amant qui portent encore son goût, puis glisse de nouveau le long de son corps. Elle aime se blottir recroquevillée entre ses cuisses écartées et le dévorer en le regardant, elle se dédie complètement à son plaisir. Sa verge suinte légèrement, elle la lèche et frotte son gland contre ses lèvres humides entrouvertes, puis contre son palais doux et chaud.
Il la bascule, écarte ses cuisses et de ses doigts la caresse doucement. Par moment il insiste sur son clitoris lui donnant un plaisir infini et à d'autres il la fait languir. Elle serre ses mains l'une contre l'autre au dessus de sa tête et se laisse torturer de plaisir. Elle attrape son bas l'entoure autour de son poignet et tend ses mains a son amant pour qu'il les attache. Cette impuissance à le toucher et à se toucher lui plaît. Il continue de la faire jouir puis il s'arrête et lui ordonne de ne pas bouger. Il a ramené ses jouets. Il met en vibration son Aneros et le fait glisser sur le sexe d'Annelie. La vibration est agréable, il glisse l'objet entre ses lèvres mouillées plusieurs fois et la pénètre doucement avec. Alors qu'il le bloque en elle, il caresse son clito. Les sensations sont intenses et mélangées. Les vibrations sont agréables mais l'objet en question n'est définitivement pas adapté à l'anatomie féminine.... Alors qu'il se penche sur elle et la lèche de nouveau, elle détache ses mains et agrippe ses cheveux. Voila la touche qu'il manquait, sa langue! Toutes ces sensations lui créent de nouveau une explosion orgasmique. Elle sent son cœur s'accéléré, ses muscles se bander, son esprit divaguer sous la douce charge électrique qui irradie son corps. En apnée quelques secondes, puis tout redevient calme, sa respiration reprend. Elle aimerait que cet orgasme dure plus longtemps… Elle retire doucement l'Aneros de son vagin, il est très glissant, avec l'intention de le glisser en Nicolas. Elle le met d’abord en vibration contre ses bourses en prenant sa verge dans sa bouche. Elle suit l'envie du moment et surtout les réactions de Nicolas. Elle s'assure que chaque partie est excitée, il apprécie les vibrations. Il aime quand elle le suce, il se laisse faire en pacha la regardant par moment et savourant les yeux clos à d'autres moments. Elle, elle le fixe. Elle le désir, l’envie de le sentir glisser en elle s'intensifie, l'envie qu'il s'enfonce délicieusement dans ses entrailles et la fasse crier de plaisir devient irrépressible. Elle lui tend l'Aneros et remonte l'embrasser, elle lui fait dévorer ses seins et se prépare à le monter en cavalière bien obéissante, pendant qu'il place l'Aneros en lui. Annelie qui brule de désir, est prise d'une envie de lui donner un plaisir fou. Elle le caresse, le dévore et puis décide de s'asseoir sur son sexe si tendu . Nicolas l'a prévenue, il peut exploser à n'importe quel moment, sans crier garde et il ne tiendra surement pas très longtemps... Elle s'en moque... qu'il explose! Elle veut sentir sa puissance orgasmique tout au fond de son corps elle veut voir les traits de son visage se tirer jusqu'à la jouissance extrême, sentir qu'elle lui procure un plaisir démesuré à outrance. Elle s'assoit sur lui et se pénètre de son sexe doucement. Son visage change déjà, ses yeux doux regorgent d'envie et de désirs. Elle accélère le rythme, elle le serre fort dans son vagin, ses mouvements de bassin lui procure un plaisir intense. ce va et vient dure plus longtemps qu'il ne craignait, il savoure les yeux mis clos dans un état second absolu puis il hurle de plaisir, l'explosion est telle que tout son corps se raidit comme un cheval qui se cambre, il lui serre les poignets avec une telle force qu'il pourrait les briser. Elle continue à bouger doucement, c'est insoutenable, ses yeux se creusent, jamais elle ne l'avait vu dans cet état, elle est ravie. Son corps retombe, il ne bouge plus anéanti par un plaisir féroce. L’Aneros a définitivement intensifié son orgasme; l'expérience est très concluante. Il git sur le dos incapable de bouger. Annelie descend doucement et s'allonge près de lui. Elle lui caresse le visage, douce et câline, il sourit, son visage fatigué rayonne. Il restera agar jusqu'au soir, pris de sommeil dans l'après midi il fera une petite sieste, sa femme qui d'habitude ne remarque rien, se demandera pour une fois s'il n'est pas malade... malade de trop d'amour, de trop d'intensité orgasmique, quelle belle maladie...
Quant à Annelie, un peu après son départ, alors qu'elle rangera la chambre elle repensera à la violence de l'orgasme de Nicolas et sentira le désir de nouveau monter en elle. Elle sortira son godemichet et se caressera doucement avec puis se pénètrera avec force et rapidité. A genoux sur le lit, elle montra et descendra sur l'objet du désir, puis la tête sur l'oreiller et les fesses en l'air elle continuera le va et vient d'une main et se masturbera le clitoris de l'autre. Les yeux fermés, dans l'extase la plus complète, elle gardera en mémoire le visage de Nicolas au moment de son orgasme... Et lorsque son corps vidé se relâchera, elle s'écroulera sur le lit, sur le coté recroquevillée, la jupe remontée, sans culotte, le gode posé sur son genou... elle restera ainsi immobilisée plusieurs longues minutes avant de se ressaisir et reprendre ses activités quotidiennes… quelle merveilleuse déchéance …



ch.29 Si je pouvais retourner dans le passé



Si je pouvais retourner dans le passé, je reviendrais te voir Marc, du haut de nos 16 ans et je te supplierais de mettre ton casque, aussi court que soit ton trajet, et si malgré ça je ne pouvais changer ta destinée, si ta mort était programmée ce jour là et si ta tête devait heurter ce poteau de nouveau, je te dirais au moins avant qu'il ne soit trop tard comme je t'aimais.


Si je pouvais retourner dans le passé, je redeviendrais enfant et dans ce grand lit qu'on partageait je me blottirais tout contre toi et te laisserais caresser mes cheveux pour m'endormir, toi mon frère qui n'est plus, toi que le cancer a rongé trop jeune.


Si je pouvais retourner dans le passé, je n'ouvrirais pas cette enveloppe, je ne regarderais pas toutes ces photos qui m'ont tant blessées, la preuve de tes liaisons qui a signé la mort de mon amour et la fin de notre mariage.


Si je pouvais retourner dans le passé je retournerais chez toi, mon amour, lors de ce week-end de bonheur, ou après s'être aimés si fort je me suis endormie tout contre toi.

S'il y a des choses que je voudrais changer il en est d'autres que je voudrais voir perdurer...