Nombre total de pages vues

Introduction

Le souvenir s'efface, se transforme, les écrits restent. Je voulais témoigner d'un moment de vie, un moment de passion, le partager, le faire vivre a travers quelques mots, quelques pensées profondes. Témoigner et dire la vérité sur ce qui se passe dans la tête, non pas de toutes les femmes, mais d'une femme en particulier. Que se passe-t-il lorsque cette femme mariée de 40 ans se lance dans des ébats amoureux et passionnés, lorsqu'elle décide de réveiller sa libido et se lance dans l'échangisme, lorsqu'elle fantasme... a quand remonte cet erotisme? Dans les romans tout est beau, ici, il y a aussi des maladresses. Que se passe-t-il vraiment dans la chambre et dans la tête d'Annelie? Pourquoi son mari ne lui suffit plus ? Comment recours t'elle à une aide extérieure réelle ou imaginaire? Amis voyeurs j'espère vous faire vivre des moments d'érotismes intenses, d'exhibition et de libertinage... Des mots qui laisseront libre cours à l'imagination... A bon entendeur....



mardi 11 janvier 2011

ch.26 Une nouvelle année qui s'annonce chaude...


Souvent Annelie se demande ou s'arrêtera cette escalade d'orgasmes. Nicolas la transporte orgasme après orgasme dans une féerie sexuelle époustouflante. Aujourd'hui ils ont fêté la nouvelle année comme il se doit, s'il est vrai que le début de l'année annonce le déroulement de l'année à venir alors mes amis, elle s'annonce chaude à souhait cette année!

Nos amants se retrouvent après 2 semaines d'abstinence, ou presque... je dis presque non pas pour les 2 semaines mais pour l'abstinence... En effet Annelie vient de traverser la tourmente une fois de plus, les visites de son mari lui semblent de plus en plus difficiles à supporter, elle calme le jeu en le laissant prendre du plaisir mais n'en n'éprouve elle guère plus... Les quelques minutes qu'il met à jouir lui suffise pour lui donner la nausée, est ce l'absence totale de sentiment ou d'attirance, la pression psychologique qu'il exerce sur elle, l'humiliation permanente qu'il lui afflige, ses excès de colère qu'il lui fait subir ou encore la demie bouteille de vodka qu'elle a dû avaler pour se donner du courage qui l'écoeure tant? Une fois de plus elle a dû laisser son mari la pénétrer, elle l'a laissé croire qu'il y avait encore de l'espoir pour leur couple parce que si Annelie partait maintenant elle se mettrait dans une très mauvaise situation, parce que si Annelie craquait maintenant elle ne pourrait pas faire face seule... Une fois son mari reparti elle mettra plusieurs jours à se reconstruire, pour sortir de son désespoir suicidaire, elle s'inventera une belle histoire, une histoire ou elle compterait pour son amant, ou tout serait possible, ou la solitude prendrait fin, ou le désir et la passion tiendraient les rênes... une histoire à laquelle elle se plait à croire encore aujourd'hui, une histoire qui fait battre son cœur et réchauffe son corps, une histoire qui devient si réelle que Nicolas à son insu prend un rôle de plus en plus important.


Cette folie de l'âme se reflète dans ses gestes, dans son comportement. Si aujourd'hui Nicolas la trouve comme dopée, ce n'est probablement que d'amour! Les caresses et les baisers de Nicolas la transporteront dans ce monde ou il est formidable de vivre. Ce monde ou elle manie l'art de l'hyperbole avec brio, ou elle donne à tous ses gestes un sens exagéré, un sens qui lui convient. elle le voit plein de désir, attentif et amoureux, et refuse de n'y voir que tendresse et respect. Est ce si mal d'y croire? La chute en sera plus grande, certes, mais en attendant son cœur déborde de passion et de son sexe coule un filtre d'amour, un élixir aux douces saveurs que Nicolas apprécie tant. Son sexe le réclame, son âme le réclame, tout son corps le réclame.

Nicolas a du retard et Annelie impatiente de l'attendre et très excitée à l'idée de le retrouver a déjà commencé à se caresser en l'attendant, il la trouve donc en arrivant dans un état d'excitation avancé, ce qui n'est pas pour lui déplaire... Ils commencent par s'embrasser sur le pas de la porte trop avides de se donner l'un à l'autre. Leurs lèvres se dévorent et en un clin d'œil Annelie lui offre sa poitrine provocante que ses mains et ses lèvres s’empressent d’examiner de près. Ils se hâtent dans la chambre en se déshabillant en chemin et se ruent littéralement l'un sur l'autre. Nicolas la bascule sur le lit écarte ses cuisses avidement et s'occupe à lui procurer du plaisir, tache à laquelle il se dévouera pendant plus d'une heure. Ses doigts glissent sur son sexe ruisselant, son nez glisse entre ses lèvres, sa langue joue avec son clitoris et s'enfonce en elle, son corps se cambre et se relâche, se raidit, transpire, son esprit divague et elle perd la raison dans cette cascade d’orgasmes. La sensibilité de son clitoris s'accroît avec l'intensité des orgasmes et alors qu'elle resserre les cuisses convaincue que cette fois elle ne supportera pas une autre stimulation, il lui écarte les cuisses de nouveau et la stimule de plus belle pour qu' un orgasme encore plus violent et plus intense la secoue. Tout son corps tremble, ses yeux sont clos elle ne pense plus à rien et se laisse guidée par le plaisir, complètement esclave de Nicolas. Lorsque finalement il pose contre ses grandes lèvres ruisselantes son sexe en érection, elle ne tient plus, elle le supplie, qu'il s'enfonce en elle! Elle le réclame à corps et à cris déjà depuis un moment, assoiffée ... qu'il aille et vienne sans répits, qu'il fasse exploser son vagin de plaisir... et c’est ce qu’il fait à merveille, Il va et vient, par à coups saccadés, il ravage son intérieur puis il se fait plus doux, comme une caresse intime tout en l'embrassant. Quand le rythme est accéléré, Annelie s'accroche à ses épaules, à son dos, elle voudrait le griffer, le mordre, crier, mais elle se contente de le serrer très fort, de le dévorer, de gémir. Il l’enivre. Son regard à lui aussi change, le plaisir et la douce souffrance se lisent sur son visage. Il ralentit le rythme savoure encore un moment puis se retire. Il s'allonge sur le dos, la température a dû monter de quelques degrés dans la chambre. Elle descend le long de son corps et le prend dans sa bouche doucement, très gentiment elle lèche sa verge mouillée de ses propres sécrétions, elle maintient de ses lèvres une légère pression sur son gland puis le laisse doucement glisser dans sa bouche humide et tiède, elle le niche tout contre son palais doux et chaud. Puis elle le suce allègrement. Elle lèche ses bourses et le masse doucement de la paume de sa main. Elle enserre son pénis entre ses seins et plonge la tète dans son entrejambe jouant de sa langue sur toute la région des bourses et de la base de la verge. Il joue avec elle, lui aussi, il la pénètre de ses doigts, la caresse longuement puis tire ses fesses à sa bouche. Que préfère t’elle, le plaisir qu’il lui donne ou celui qu’elle lui procure ? les deux sont difficilement discernables et vont de pair. Du 69 elle se relève légèrement et s'agenouille au dessus de son visage, son nez dans son sexe, sa langue sur son clitoris, elle monte et descend joyeusement, puis se laisse prendre par sa langue. Folle de désir, elle se penche en avant de nouveau et l'engloutit, bien à fond cette fois, jusqu'à la base de sa gorge, plusieurs fois de suite puis elle guide son bassin pour qu'il baise sa bouche. Il a l'air d'apprécier follement. Il va et vient dans sa bouche comme il le ferait dans son sexe; son pénis commence à suinter. Elle lèche ce qui coule du bout de sa langue en le massant délicatement, elle le caresse. Il se redresse légèrement sur les coussins et remonte Annelie vers lui, elle l'embrasse tendrement d'abord puis passionnellement de nouveau et le chevauche. Doucement très doucement, si parfois elle voudrait qu'il la pénètre violemment, d'autres fois elle se retient pour ne pas qu'il explose et faire ainsi durer le plaisir. Et le plaisir dure... Annelie se pince les seins en le chevauchant, d'agenouillée elle passe à la position accroupie et continue le va et vient, ses joues sont empourprées. Lors de ses bascules du bassin d'avant en arrière elle le sent plus encore en elle, sa verge glisse contre les parois de son vagin et stimule son point G. Elle se penche légèrement en arrière et pose ses mains derrière son dos, entre ses genoux, lui offrant ainsi son clitoris en érection qu'il masse de son pouce en la pénétrant, la jouissance est excessive et les frottements divins. Elle savoure longuement puis se laisse glisser sur le dos, elle sent son pénis contre la parois frontale de son vagin, la sensation est intense...elle se laisse complètement aller... Elle bouge légèrement à l'agonie, jusqu'a ce que, lors d'une contraction intense, son sexe glisse hors d'elle. Elle le caresse contre ses lèvres brûlantes et stimule son clitoris à petits coups de pénis. Puis elle se redresse et se colle contre lui, ses gestes sont tendres, la folie des corps semble s'atténuer un peu, la fatigue commence à envahir le corps d'Annelie, les orgasmes à répétition l'épuisent et bon dieu qu'elle adore cet état léthargique. Elle pourrait s’arrêter là, mais il la caresse de nouveau, et la fatigue laisse place au plaisir cette fois encore. elle se laisse prendre par ses doigts, il va et vient en elle puis lui fait goûter ses doigts qu'elle dévore avidement, ce qui excite Nicolas qui la pénètre de nouveau de plusieurs doigts, il va et vient frénétiquement, tout au fond de son vagin. Elle repart dans un plaisir insoutenable, il la bâillonne de ses baisers, aspire chacun de ses gémissements, étouffe ses cris de sa bouche. Elle jouit fort, très fort. Puis alors tout s'embrume, comme dans un rêve ou il est difficile de se rappeler de certains passages. Elle ne se souviendra pas le soir venu de ce qui s'est passé exactement après ce dernier orgasme torrentiel, tout comme pour la première fois elle ne sera pas certaine de l'ordre dans lequel tout s’est déroulé, mais elle se souviendra exactement de la manière dont elle choisira de lui offrir sa jouissance finale, dont elle lui rendra tout ce plaisir qu'il lui a donné. Elle se revoit comme dans un flash le sucer et le caresser de toute son âme… Elle tient ses bourses dans une main dont les doigts inquisiteurs titillent la base de son pénis, de l'autre main elle le masturbe avidement en jouant de son pouce sur la face antérieure de son pénis alors que de sa langue elle lèche toute la zone découverte par son prépuce en s'attardant soigneusement avec la pointe de sa langue durcie sur son frenulum (appelons un chat un chat :)) ). Il gémit de plaisir puis étouffe son cri orgasmique, sa semence chaude et blanche gicle et se repent sur la langue et la main d'Annelie, qui jubile de bonheur ; elle adore le mettre dans cet état, quelle récompense cette jouissance extraordinaire. Puis elle pose sa tête sur sa cuisse et masse délicatement en douces et tendres caresses ce sexe glissant de sperme. Ils restent ainsi un moment, sans bouger, sans parler, cherchant à retrouver leur souffle, leurs sens, permettre à leur corps de se ressourcer. Jusqu’à ce qu’Annelie trouve la force de bouger pour se blottir dans ses bras et profiter pleinement de cet instant magique…
Le temps ne les presse pas aujourd’hui et Nicolas restera un moment avec elle, Annelie savourera sa compagnie jovialement et en appréciera chaque minute parce qu'elle sait d’ores et déjà que dès qu'il refermera la porte son cœur se mettra en apnée et elle aura du mal à combler le vide immense qui la submergera. Mais cette fois l’absence promet d’être moins longue puisque les amants vont essayer de se retrouver sous 48h… L'année s'annonce très chaude je vous le disais ...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire