Nombre total de pages vues

Introduction

Le souvenir s'efface, se transforme, les écrits restent. Je voulais témoigner d'un moment de vie, un moment de passion, le partager, le faire vivre a travers quelques mots, quelques pensées profondes. Témoigner et dire la vérité sur ce qui se passe dans la tête, non pas de toutes les femmes, mais d'une femme en particulier. Que se passe-t-il lorsque cette femme mariée de 40 ans se lance dans des ébats amoureux et passionnés, lorsqu'elle décide de réveiller sa libido et se lance dans l'échangisme, lorsqu'elle fantasme... a quand remonte cet erotisme? Dans les romans tout est beau, ici, il y a aussi des maladresses. Que se passe-t-il vraiment dans la chambre et dans la tête d'Annelie? Pourquoi son mari ne lui suffit plus ? Comment recours t'elle à une aide extérieure réelle ou imaginaire? Amis voyeurs j'espère vous faire vivre des moments d'érotismes intenses, d'exhibition et de libertinage... Des mots qui laisseront libre cours à l'imagination... A bon entendeur....



vendredi 10 décembre 2010

ch.24 orgasmes intenses sur fond porno



C'est dans cet état de débauche (cf chapitre "ébauche de débauche") qu'Annelie se rend de nouveau à l'hôtel du centre sans culotte sous sa jupe. Pas de kamasutra cette fois, les chambres du 3ème ont un décors plus romantique. Nicolas se charge d'entrée de "de-romantiser" l'atmosphère en mettant un porno à la télé. L'idée du porno excite Annelie, elle ne restera pas clouée devant l'écran mais l'idée de jeter un oeil sur ce qui s'y passe alors qu'elle prendra Nicolas dans sa bouche l'amuse. Ce sera un peu comme si ce couple sur l'écran partageait leur chambre...
Aujourd'hui encore, de cunnilingus en fellations, de chevauchements en missionnaires, le plaisir sera à l'apogée. Mais à la différence de la plupart des autres rencontres, les amants ne se donneront pas de plaisir en 69, cette fois, ils se consacreront complètement l'un à l'autre à tour de rôle pour plus de plaisir entre deux pénétrations.
Annelie part à plusieurs reprises dans des orgasmes tous plus intenses les uns que les autres; de sa langue, de ses doigts il la fait jouir; elle se retrouve dans des positions incroyables, positions que son corps prend pour s'offrir davantage au plaisir. l'intensité de ses orgasmes est telle que parfois elle serre Nicolas contre elle violemment, s'agrippe à sa tête à deux mains si fort qu'elle lui fait sûrement mal... D'orgasmes en orgasmes elle se laisse complètement aller au bon vouloir de son amant puis se jette à son tour sur son entrejambe, aussi bien pour reprendre son souffle, que pour partager ce moment aussi intense que merveilleux avec lui.
Annelie aime caresser Nicolas, le lécher, l'engloutir dans sa bouche, elle masse son pénis glissant de la paume de sa main alors qu'elle joue de la pointe de sa langue sur ses testicules, mais aussi sur la tête , la base et la longueur de son pénis tout en massant son anus. Nicolas a oublié de ramener son "aneros", dommage, elle crève d'envie de l'utiliser avec lui, qu'il la guide vers son plaisir. En attendant elle s'applique du mieux qu'elle peut, sans artifice, à lui donner un plaisir simple et sans limites, guidée par ses mouvements, ses gémissements...
Annelie de son instinct voyeur aussi bien qu'exhibitionniste jette constamment un oeil sur le petit écran...qu'il soit occupé avec elle ou elle avec lui ou encore qu'ils se pénètrent, de voir ce couple entrain de baiser sur le petit écran stimule et excite encore plus Annelie.
Nicolas la retourne de nouveau et la caresse mais cette fois il l'emmène vers un point jamais atteint jusqu'à lors, une violence orgasmique inimaginable, inconcevable.... Il joue avec elle longuement alternant entre force et douceur puis il la pénètre de ses doigts une ultime fois tout en dévorant son clitoris de la pointe de sa langue... et la, c'est l'extase... est ce dû à la maîtrise si parfaite de son cunnilingus? aux multiples orgasmes subis en si peu de temps? ou encore à l'état dans lequel Annelie se trouve? Ou bien est ce dû au mélange de toutes ces variables? Peut être... toujours est il que l'ultime orgasme qui la secoue est si violent qu'elle sent l'énergie quitter son corps, un spasme violent raidit chaque muscle avec une intensité telle qu'elle en souffre presque, son estomac se contracte prêt à se retourner, sa respiration se bloque, son coeur fait des bonds, ses oreilles bourdonnent, les veines du cou gonflées, elle cherche de l'air. Des orgasmes intenses elle en a vécu avec Nicolas, mais des comme celui là c'est du jamais vu, alors qu'elle s'écrit "au mon dieu!!!" son corps souffre d'un plaisir insoutenable. Partagée entre le supplice et l'extase, elle voudrait lui crier aussi bien d'arrêter que d'aller plus loin et plus fort encore... cependant elle reste là, incapable de s'exprimer juste suffoquant de plaisir. Les secondes s'allongent puis le plaisir sadique qui a envahit son corps tout entier finit par s'estomper et elle retombe sur le lit amorphe, vidée, presque honteuse de l'état dans lequel elle se trouve. Nicolas a raison, elle ne tient pas le coup... Elle rassemble les quelques forces qui lui restent, et se redresse pour le caresser malgré son conseil de rester tranquille un instant et de se reposer un peu. Cet état de transe lui plaît, elle veut continuer jusqu'à l'épuisement total, lui procurer à lui aussi un tel plaisir, lui prouver qu'elle tient le coup ou plutôt qu'elle vaut le coup, poursuivre les réjouissances avant que l'épuisement total ne l'emporte! Elle se glisse entre ses cuisses, animée par un vent de folie. Elle le dévore, elle le désir tellement... Son téléphone sonne, elle voudrait qu'il le décroche et qu'elle lui donne du plaisir alors qu'il essaie de se concentrer sur la discussion, mais il préfère ignorer l'appel et savourer cette fellation qu'il a l'air d'apprécier follement. Elle continue de plus belle. Elle le désire, elle le veut en elle, le sentir exploser au fond de son vagin, le faire crier, lui rendre le plaisir qu'il vient de lui donner. Elle s'assied sur lui et se pénètre doucement de son sexe si dur. Cette fois il ne résistera pas longtemps, elle le sent, elle bouge le bassin dans tous les sens. Il caresse ses seins, il la regarde, ça la rend folle de désir. Elle aime voir ce désir dans son regard, elle adore lorsqu'il la regarde alors qu'elle le chevauche, elle se sent belle, sexy, désirée. Elle monte, descend, bascule son bassin d'avant en arrière, son pénis gonfle contre les parois de son vagin, les frottements lui font perdre le contrôle, son point G est si sensible à présent.... Il s'agrippe à ses fesses et guide son bassin vers l'orgasme. Il la bloque et éjacule bruyamment, son cri orgasmique ravit Annelie qui sent en elle battre son pénis. Il retombe épuisé, elle reste assise sur lui à le regarder, incapable de bouger, elle savoure le plaisir qui se lit sur ses traits encore tirés. Elle essuie de sa main la transpiration sur son visage, simple prétexte pour lui caresser les joues, petit moment de tendresse désiré après tant de passion.... Puis elle sépare à regrets leurs deux corps en s'allongeant à ses côtés. Son téléphone sonne de nouveau, il répond cette fois, encore essoufflé, Annelie se cale sur le côté, la tête dans l'oreiller, un dernier œil voyeur sur l'écran, ces deux la baisent toujours, elle, elle n'en peut plus. Elle ferme les yeux étourdie, son corps est si détendu, elle se sent si calme, si bien. Par moment elle touche Nicolas pour s'assurer qu'il est toujours la, elle voudrait profiter de sa présence mais elle n'en a plus la force et de toutes façons il est encore au téléphone. Puis il va prendre sa douche et se rhabille. Annelie à son tour va se doucher, elle aurait voulu se câliner un peu, se blottir contre lui, qu'il l'embrasse et la touche avec tendresse mais le temps presse. Alors qu'elle est encore nue au milieu de la chambre, essayant de regrouper ses vêtements, il l'attend habillé debout dans l'entrée prêt à partir. Il lui avoue qu'aujourd'hui elle a battu tous les records, mais n'est ce pas ce qu'il dit à chaque fois? N'est ce pas ce qu'elle croit à chaque fois elle aussi? Ils sortent de l'hôtel, Annelie est étourdie un petit café aurait été le bienvenu mais la folie des corps est terminée, le temps presse, chacun retourne dans sa vie... L'un plus avidement que l'autre.... La semaine s'annonce longue pour Annelie, elle commencera par s'endormir ce soir en serrant un gros coussin contre elle regrettant déjà de n'être que jeudi et de devoir attendre une semaine entière pour le revoir, attendre des heures interminables pour le lire... se demandant si au fond c'est vraiment ce qu'elle désire... Elle sent Nicolas sur la défensive, elle, elle a juste envie de se laisser glisser, de vivre, d'aimer et d'être aimée...

9 commentaires:

  1. que c'est beau cette jouissance torride, que celle ci vous soit toujours aussi importante, la jeunesse nous quitte si vite ! nous vous envions, soyez heureux !

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour votre commentaire très sympathique. Je me demande simplement si l'erotisme et les orgasmes torrentiels sont vraiment une histoire de jeunesse... Dans mon cas peut être, mais Nicolas a presque 20 ans de plus que moi.... Quel âge avez vous?

    RépondreSupprimer
  3. Que d'expérience vous devez avoir! Ça pourrait être très intéressant de nous en faire profiter! 69 vous dites? L'âge érotique... :) Avez vous lu "les carnets d'un vieil amoureux"?

    RépondreSupprimer
  4. MOI je dirai qu'à la 40 aine le cas de ma lynchli une redecouverte du corps .Y a d'autres flots de plaisir que j'explore .Ä VRAI DIRE ,je les retrouve là!!! A ton blog Annelie c'est chaud c'est beau !!!! Bravo sa me boulverse .C'etait un plaisir de lire .je jetterai un coups d'oeil .

    RépondreSupprimer
  5. merci pour ce commentaire. J'apprécie aussi ton blog et vais le suivre de près... :) au plaisir de te lire...

    RépondreSupprimer
  6. Le pouvoir des mots... C'est bon, agréable et excitant. Dommage que vous n'écrivez plus.

    RépondreSupprimer
  7. Merci Romy.. tu viens de me redonner l'envie d'écrire :) Je te dédicace le chapitre 37...

    RépondreSupprimer