Nombre total de pages vues

Introduction

Le souvenir s'efface, se transforme, les écrits restent. Je voulais témoigner d'un moment de vie, un moment de passion, le partager, le faire vivre a travers quelques mots, quelques pensées profondes. Témoigner et dire la vérité sur ce qui se passe dans la tête, non pas de toutes les femmes, mais d'une femme en particulier. Que se passe-t-il lorsque cette femme mariée de 40 ans se lance dans des ébats amoureux et passionnés, lorsqu'elle décide de réveiller sa libido et se lance dans l'échangisme, lorsqu'elle fantasme... a quand remonte cet erotisme? Dans les romans tout est beau, ici, il y a aussi des maladresses. Que se passe-t-il vraiment dans la chambre et dans la tête d'Annelie? Pourquoi son mari ne lui suffit plus ? Comment recours t'elle à une aide extérieure réelle ou imaginaire? Amis voyeurs j'espère vous faire vivre des moments d'érotismes intenses, d'exhibition et de libertinage... Des mots qui laisseront libre cours à l'imagination... A bon entendeur....



vendredi 10 décembre 2010

ch.22 le pire des plus merveilleux "je t'aime"


Depuis qu'Annelie est rentrée (3 mois déjà) elle retrouve régulièrement Nicolas pour des sessions de sexe très intenses. Dernièrement les retrouvailles dans le petit hôtel du centre dépassent tout entendement. Les chambres du 5ème au décor indien semblent propager à nos deux protagonistes leurs ondes tres sensuelles de kamasutra...
Les gestes tendres se mêlent à la folie des corps. Ils alternent inlassablement des lèvres qui s'effleurent aux langues qui se dévorent, des ces doigts qui caressent l'épiderme frémissant, aux enlacements presque violents... des caresses délicates, aux claques stimulantes...ils passent de l'un à l'autre, aiguisant ainsi leurs sens, augmentant leurs désirs jusqu'à l'extrême, jusqu'au point du non retour qu'ils atteignent avec une très grande intensité et une très grande fierté. Leurs rencontres passionnelles les étourdissent, ils en ressortent vidés, incrédules mais heureux. Annelie dans ces moments ne vit plus que pour le plaisir des sens, de tous les sens et dans tous les sens... Son plaisir se démultiplie, et elle s'applique à en donner le plus possible à son amant, l'entendre gémir sous ses doigts ou sous sa langue l'excite, elle adore étouffer ses cris dans sa bouche, sentir son pénis gonfler et suinter prêt à exploser sous sa langue ou sous sa paume puis ralentir pour faire durer cette douce agonie. Plus rien ne compte désormais, elle se dévoue entièrement aux plaisirs de la chair...
Même si elle s'accorde à trouver la nouveauté très excitante, au fond d'elle, elle sait qu'il n'y a rien de plus merveilleux que 2 corps qui se connaissent parfaitement, que deux corps qui s'emboîtent à la perfection l'un dans l'autre. Si parfois elle a le sentiment que Nicolas connaît chaque centimètre de son corps, d'autres fois elle s'étonne qu'il la découvre encore, comme s'il la passait en revue pour la soumettre à la douce torture du plaisir, pour découvrir un nouveau point sensible et la combler de plus belle.
S'il est vrai qu'ils se complètent admirablement sexuellement, émotionnellement, ils ne sont pas sur la même longueur d'onde... Annelie décide donc de savourer chaque instant comme il se présente, vivre chaque rencontre comme ci c'était la première, comme si c'était la dernière... Elle se doit de vivre ce plaisir au jour le jour et attendre la prochaine rencontre, si prochaine rencontre il y a, sans rien espérer entre temps, comme par accord tacite. Elle se raisonne plus souvent qu'elle n'en a envie, mais au fil des mois ( plus de 3 ans déjà) elle sent son cœur irraisonnablement flancher. Jusqu'à lors quand son amour etait tel qu'elle avait envie de le lui crier, elle se mordait les lèvres et ça suffisait pour ravaler les conneries qu'elle allait laisser sortir et ainsi éviter le pire. Cependant ce qui devait arriver arriva; alors que leurs corps en sueur exultaient, alors que ses doigts entraient dans la peau de ses épaules musclées, alors qu'elle partait dans un orgasme torrentiel et que son sexe allait et venait dans ses entrailles, l'esprit complètement ailleurs, elle murmura le plus beau "je t'aime" jamais prononcé. C'est au milieu d'un cri d'orgasme que son esprit baissa la garde, dans un instant de transe intense, qu'elle laissa échapper ce que sa conscience aurait dû refuser, ce souffle, ce murmure, ce "je t'aime"... Aussitôt énoncé Annelie le regretta, elle se mordit les lèvres comme ci ça suffirait à ravaler ce sentiment qui venait de jaillir hors de ses entrailles, cet interdit pourtant si puissant! Elle aurait voulu ne rien dire, presque honteuse, elle venait de laisser s'échapper le pire des plus merveilleux "je t'aime"..


.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire