Nombre total de pages vues

Introduction

Le souvenir s'efface, se transforme, les écrits restent. Je voulais témoigner d'un moment de vie, un moment de passion, le partager, le faire vivre a travers quelques mots, quelques pensées profondes. Témoigner et dire la vérité sur ce qui se passe dans la tête, non pas de toutes les femmes, mais d'une femme en particulier. Que se passe-t-il lorsque cette femme mariée de 40 ans se lance dans des ébats amoureux et passionnés, lorsqu'elle décide de réveiller sa libido et se lance dans l'échangisme, lorsqu'elle fantasme... a quand remonte cet erotisme? Dans les romans tout est beau, ici, il y a aussi des maladresses. Que se passe-t-il vraiment dans la chambre et dans la tête d'Annelie? Pourquoi son mari ne lui suffit plus ? Comment recours t'elle à une aide extérieure réelle ou imaginaire? Amis voyeurs j'espère vous faire vivre des moments d'érotismes intenses, d'exhibition et de libertinage... Des mots qui laisseront libre cours à l'imagination... A bon entendeur....



samedi 23 octobre 2010

ch 21 c'est fini mon amour....



Jamais elle ne cru qu’un jour elle ne l’aimerait plus. Et pourtant ça y est, c’est fini.
A l’aéroport, Annelie attend George qu’elle n’a pas vu depuis 6 semaines… un jeune homme sort de la zone des arrivées, il survole du regard la foule qui attend, puis un large sourire aux lèvres, une jeune fille accourt et lui saute dans les bras. Il laisse tomber son sac pour mieux enserrer sa taille, ils s’embrassent passionnellement, leurs corps ne fait qu’un, plus rien ne compte autour d'eux, cette symbiose qui les réunit est si parfaite... Annelie ne les quitte pas du regard et frissonne... fut un temps, elle accueillait son mari ainsi, aujourd’hui, elle l’attend sans émotion. Il sort, elle l’aperçoit, elle ne ressent rien, son cœur ne bat pas plus fort, elle n’est pas troublée, juste indifférente. Elle avance vers lui, lui tend ses lèvres qu’il embrasse d’un petit baiser sec. En voiture la conversation ressemble plus à deux monologues. Arrivés à la maison il est tard, Annelie va se coucher, George doit d’abord envoyer quelques emails. Quand il viendra la rejoindre dans le lit conjugal quelques heures plus tard elle sera déjà endormie ou du moins, elle fera semblant. Les retrouvailles n’ont plus les airs de fête qu’elles avaient. Au petit matin, il est ému, il lui demande si elle est heureuse qu’il soit là (mais jamais il ne se demande si elle est heureuse tout court!), s’il lui a manqué, si elle l’aime toujours, les larmes au bord des yeux…. C’est étrange ce sentiment de culpabilité qui envahit Annelie soudainement, mais elle réalise une chose: alors que ses escapades (à lui) l’ont longtemps torturée, elle y est désormais indifférente. Son cœur qui petit à petit s’est asséché ne bat plus pour lui. Ce qui l’inquiète le plus c’est d'être si calme, si déterminée. Elle a envie de lui répondre « c’est fini mon amour », mots dont l'association semble bien étrange, mais elle a envie de lui caresser la joue comme on caresse avec tendresse la joue d’un grand malade et de lui répondre: « c’est fini mon amour », comme un soulagement, des mots apaisants qu'elle se répète silencieusement encore et encore… mais gênée, elle se contente de baisser les yeux et de ne pas répondre. Il refuse de comprendre, alors elle le laisse croire ce qu’il veut, elle ne veut pas l’affronter, il finira par se rendre à l’évidence et peut être que le choc sera moins grand, parce que c'est décidé elle va le quitter. Elle ne sait encore ni quand ni comment mais elle va le quitter. Il essaiera de lui faire l’amour pendant sa visite, elle le sait, elle le laissera sûrement faire, mais l’amour physique dépourvu de tout sentiment semble bien terne ; elle fermera les yeux et comme une ultime faveur, comme pour se déculpabiliser, elle le laissera une fois encore abuser de son corps. Elle se sent coupable de cette absence de sentiment, elle a l’impression de le trahir mais pourtant n’est ce pas lui qui a transpercé son cœur tant de fois qu’il a fini par se vider ? Elle a eu si mal, son cœur a tant saigné, d’angoisses en déprimes elle a enfin fini par sortir la tête de l’eau et aujourd’hui elle sait ce qu’elle veut: en finir avec ses humiliations et ses dominations loufoques, en finir avec l’angoisse d’être remplacée, ou de n’être pas assez séduisante, en finir avec son harcèlement moral et psychologique, ne plus se soumettre, ne plus s’excuser de vivre, d’agir et de penser, ne plus être blessée par ses crises de stress et ses excès de colère, ne plus le laisser la pousser à bout. Ce n'est pas si facile, George a une double personnalité qui a tendance a beaucoup perturber Annelie; lorsqu’il est calme et altruiste, elle retrouve l’homme qu’elle a aimé toutes ces années, mais Annelie sait désormais de facto une chose, d’un moment à l’autre, pour une raison x ou y, il changera de personnalité redeviendra alors cet homme qui la terrorise, cet homme qui la persécute et la maltraite. Elle a mis trop longtemps à apprendre à se protéger, elle vient de se fabriquer un beau cœur tout neuf de béton, l’amour qu’elle avait encore pour lui la déchirait dans ces moments d’excès de colère, cette fois elle le laissera crier, froidement, sans larmes, sans rancune et sans angoisses. Ses paroles la blesseront sûrement, mais elles n’atteindront plus les entrailles de son cœur. Elle sait désormais que c’est la fin, bientôt il ne pourra plus rien et il lui faudra être forte pour ne pas se laisser manipuler de nouveau par les belles promesses en l’air de cet homme amoureux et généreux, garder l'équilibre qu'elle se recrée, ne plus souffrir et réapprendre à vivre, être de nouveau heureuse parce qu'elle le mérite...

5 commentaires:

  1. Ma chère Annélie, très touchée, je me retrouve un peu dans ta description... beaucoup parfois mais pour l'instant, j'ai décidé de rester. "C'est fini mon amour" pour moi aussi... j'en ai pleuré quand j'en ai pris conscience. J'éprouve une sorte d'amitié désormais... jusqu'à quand?

    Si tu ne l'as lu : Marcia Grad, "La princesse qui croyait aux contes de fées"... c'est traduit dans toutes les langues et on comprends l'emprise de ces hommes à "double face" (j'ai le même à la maison :-))... courage

    RépondreSupprimer
  2. je vous découvre, très belle mise en mots, très belles photos ... et puis je me sens tellement proche de ce que vous énoncez sans que ce soit pour les memes raisons ! à bientot

    RépondreSupprimer
  3. C'est un plaisir de visiter votre blog
    un câlin de Reus Catalogne

    RépondreSupprimer
  4. Muchas gracias por sus comentarios . Como es que hablas frances? No supongo que tenga qué hacer una traduccion en espanol de mi blog.... estoy encantada encontrarte aqui y espero verte pronto aqui de nuevo

    RépondreSupprimer