Nombre total de pages vues

Introduction

Le souvenir s'efface, se transforme, les écrits restent. Je voulais témoigner d'un moment de vie, un moment de passion, le partager, le faire vivre a travers quelques mots, quelques pensées profondes. Témoigner et dire la vérité sur ce qui se passe dans la tête, non pas de toutes les femmes, mais d'une femme en particulier. Que se passe-t-il lorsque cette femme mariée de 40 ans se lance dans des ébats amoureux et passionnés, lorsqu'elle décide de réveiller sa libido et se lance dans l'échangisme, lorsqu'elle fantasme... a quand remonte cet erotisme? Dans les romans tout est beau, ici, il y a aussi des maladresses. Que se passe-t-il vraiment dans la chambre et dans la tête d'Annelie? Pourquoi son mari ne lui suffit plus ? Comment recours t'elle à une aide extérieure réelle ou imaginaire? Amis voyeurs j'espère vous faire vivre des moments d'érotismes intenses, d'exhibition et de libertinage... Des mots qui laisseront libre cours à l'imagination... A bon entendeur....



lundi 6 septembre 2010

ch.16 visite conjugale


Annelie est de retour avec ses enfants, pour de bon cette fois, elle laisse son mari seul terminer son contrat à l'autre bout du monde, en espérant que son contrat prendra des années avant de se terminer. Il viendra en visite régulièrement, Annelie est heureuse de cette décision, elle va retrouver une vie normale.
Les premières semaines se passent à merveille, Annelie a retrouvé sa joie de vivre, elle se sent rajeunir et embellir, elle se sent désirable et désirée. Elle se sent beaucoup plus calme.
Son mari ne va pas tarder à venir pour une dizaine de jours, elle est un peu stressée car les derniers mois passés ensembles ont été assez difficiles à vivre. Elle espère que tout se passera bien, 10 petits jours à tenir, elle fera semblant... Les trois premiers jours se passent normalement, il la trouve même jolie! compliment très rare de la part de son mari, c'est peut être parce que c'est leur anniversaire de mariage, ou alors parce qu'elle vient de baiser avec Nicolas... mais très vite il redevient agressif, elle encaisse et essaie de trouver un moyen de le détendre, elle doit faire traîner les choses, elle ne peut pas assumer les enfants seule pour l'instant. Rien ne lui convient, il critique tout, rien ne l'intéresse, il ne parle que de son travail. Annelie commence à en avoir assez. Tous les jours elle essaie de lui parler mais ce n'est jamais le moment, il écoute quelque chose à la télé, il doit partir ou travailler. Les enfants sont déçus, ils pensaient voir leur père, ils se font engueuler pour faire moins de bruit parce qu'il doit préparer une réunion importante. Les journées passent, la frustration monte. Lui sentant la frustration monter finit par péter les plombs; elle n'est jamais satisfaite, il a du boulot à faire, qu'elle lui foute la paix. C'est la première engueulade, une des pires.... Annelie avale, ses commentaires vifs et piquants, il prend un malin plaisir à lui faire des remarques désobligeantes, à lui faire mal, l'engueulade est pénible, surtout qu' Annelie voudrait épargner les enfants, ils n'ont pas besoin de subir ça. Il s'en fout, il ne veut rien entendre. Il veut parler avec Annelie de leur avenir, Il veut des réponses. Il la pousse, l'insulte, Annelie ne veut pas que la situation empire, elle repousse le moment, elle sait qu'il va la détruire, elle a peur. Elle fuit. Ses commentaires sarcastiques lui suffisent, et la blessent.
Son déménagement va arriver, elle doit faire de la place dans la cave, porter des cartons lourds à bout de bras, perchée sur une échelle, démonter un bureau et le porter en bas. Pendant ce temps, il reste le cul sur le canapé et ne fait rien. Annelie avale de nouveau sa peine, sans piper mot.
Le déménagement arrive, George note le numéro des cartons sur un papier pour s'assurer que tout est là, puis disparaît sur le balcon avec son café et son journal. C'est dur, les cartons sont lourds, elle doit bouger des meubles; et entre les enfants, les repas, le linge, le ménage, la rentrée des classes à préparer et les cartons à vider Annelie a du mal à s'en sortir. Son mari ne lève toujours pas le petit doigt, il passe son temps vautré sur le canapé à regarder la télé quand il n'est pas parti boire un café avec un copain, se plaignant d'être fatigué et d'avoir beaucoup de travail à faire. Annelie craque, elle est fatiguée, son dos la fait souffrir. Elle qui se mordait la langue pour ne rien dire n'en peut plus et alors qu'elle s'apprête à descendre des cartons de poubelle, en sueur, épuisée, elle lui fait la remarque qu'il pourrait l'aider au moins un petit peu. Il explose! comment ose-t'elle lui demander de l'aider?!!! Elle ne fout rien de l'année pour une fois qu'elle a un peu plus à faire ça ne va pas la tuer, s'occuper de la maison c'est tout ce qu'elle a à faire! Lui il travaille dur toute l'année il a le droit de se reposer; qu'elle devienne un peu réaliste et qu'elle arrête de se prendre pour une princesse...rien ne lui est dû. Il lui ordonne de s'excuser d'avoir même pu penser à lui demander de l'aide, c'est inconcevable! La conversation s'envenime..
C'est ainsi qu'Annelie atteint le point de non retour avec son mari. Il lui laisse le choix, ou elle a envie de rester avec lui parce qu'elle l'aime encore, ou elle part et se démerde. Il refuse le compromis de rester ensemble pour les enfants. Si elle décide de rester alors elle doit suivre ses règles à lui. Elle doit apprendre qu'il y a des choses à ne pas dire et apprendre à en oublier d'autres. George est un homme de pouvoir, il ne veut pas être remis en question, ni être confronté. Annelie lui doit obéissance et gratitude pour ce qu'il lui offre et ne rien ne lui demander de plus. Il n'est pas un de ces hommes à faible personnalité, comme ses frères... et c'est d'ailleurs pour ça que lui il a réussi et qu'il ramène tant d'argent au foyer. Annelie doit lui en être reconnaissante et soumise. Il ne veut plus être questionné ou remis en cause, elle doit lui parler avec douceur et amour ou partir si ça ne lui plaît pas. De plus dorénavant elle devra suivre un budget très restreint, il faudra qu'elle fasse avec et qu'elle s'y fasse puisqu'elle est incapable de survenir a ses besoins elle même ou même de trouver un emploi. Il ne se tue pas au boulot pour qu'elle s'amuse... Il veut lui faire l'amour quand il le désir et comme il le désir, il ne veut plus entendre ses excuses et encore moins ses propositions. Et finalement il ordonne à Annelie d'arrêter de pleurer, ses larmes ne changent rien et le mette en colère parce que tout ce qu'elle cherche c'est d'essayer de le culpabiliser, et ça ne sert à rien. Il reconnaît avoir fait une erreur une fois ( baiser une trentaine de putains sur plusieurs années, l'avoir trompée depuis le début de leur rencontre) mais il faut savoir évoluer et s'adapter, elle doit apprendre a vivre avec. Si elle avait été plus attirante et moins coincée au lit, il n'aurait pas eu à aller voir ailleurs. Alors qu'elle ne se plaigne pas, ce n'est pas un de ces salauds qui plaquent leur femme pour une minette, au moins lui il est resté, alors qu'elle arrête de se lamenter et qu'elle apprécie. Il y en a plus d'une qui serait contente de l'avoir; alors si elle ne peut pas se décider, il peut le faire pour elle, ce n'est pas un problème.
Il lui hurle dessus, elle tremble, comment ose t'elle lui reprocher quoi que ce soit, le contredire? Il la menace et la maltraite devant les enfants qui commencent à prendre sa défense et lui, fou de rage, dit qu'elle les empoisonne, qu'elle leur monte la tête contre lui. Elle essaie de retenir ses larmes pour ne pas qu'il s'énerve plus sur les enfants. Il la suit partout dans la maison et lui bloque le passage pour l'insulter. Elle se sent prise au piège, prisonnière, elle n'a nulle part ou fuir nulle part ou se réfugier elle croit devenir folle. Il la harcèle. Ses paupières sont rouges et gonflées. Son regard rempli de tristesse. Elle se sent si fatiguée. Elle voudrait qu'il arrête, elle voudrait que ça s'arrête, elle est étourdie, elle n'en peut plus. Elle voudrait en un instant ne plus être la, n'être nulle part. Partir loin, laisser tout, laisser absolument tout, son mari, sa maison, ses enfants, sa famille, ses amis, ce qu'elle est... Partir et ne pas avoir a être jugée comme incapable, partir et ne plus laisser de trace. Tout quitter, même sans bagage. Ce soir la, une fois les enfants couchés, Annelie boit plusieurs vodka, elle ne veut plus penser, plus entendre la déferlantes d'injures. Elle sait que c'est une perdante, elle n'a rien, et ne mérite rien de plus. Si elle quittait son mari elle ne pourrait pas assumer ses enfants et surtout ne supporterait l'idée de les perdre. Comment pourrait elle s'en sortir sans travail, sans famille? Annelie à ce moment est convaincue qu'elle a raté sa vie, qu'elle ne vaut rien, ou plutôt que la vie ne vaut rien... Elle voudrait dormir et tout oublier, fermer les yeux et ne plus avoir à les ouvrir, jamais... En larmes elle décide de prendre un somnifère, il faut qu'elle dorme, elle est épuisée, physiquement mais surtout nerveusement et psychologiquement. Elle est bien tentée d'en prendre plusieurs, crevant d'envie d'en finir et d'avaler toutes les saloperies qui se trouvent dans sa table de nuit. mais elle ne le fait pas, elle trouve une meilleure solution, une meilleure évasion... elle s'allonge et s'imagine tout contre Nicolas. Sa tête sur son torse, sa peau contre la sienne et sa main caressant sa hanche dénudée. Elle s'imagine dans cette position paisible qu'elle aime prendre après l'amour et ou plus rien ne compte. Sa respiration ralentie, son cœur tape moins fort dans sa poitrine, la migraine se calme, tout son corps se calme... Ses larmes roulent toujours sur ses joues, mais elle finit par s'endormir....jusqu'a ce que, une heure plus tard, Georges la réveille. Comment peut elle le mettre dans un tel état? Il éprouve une tension au niveau du cœur, c'est de sa faute! Et comment peut elle dormir alors que la situation est si grave? n'en a t'elle rien à foutre? Il veut parler, il veut des réponses, une solution. Annelie sait qu'il n'arrêtera pas tant qu'il n'aura pas les réponses qu'il attend. Et seulement celles qu'il attend. Ca fait des heures que ça dure, elle n'en peut plus! Elle est prête à tout pour qu'il la laisse tranquille. Alors elle finit par s'excuser d'être si égoïste, elle s'excuse de se conduire si mal envers lui, elle regrette d'avoir lever la voix et d'avoir oser lui demander de l'aide, ce n'était pas juste, elle le reconnaît. Elle lui dit n'importe quoi, amen à tout, elle veut être tranquille, qu'il la laisse! Alors enfin satisfait, il l'embrasse, ça la dégoûte mais dans l'obscurité il ne s'en aperçoit pas. Puis il la baise. Elle ne résiste pas, elle ne peut plus, elle ferme les yeux et pleur en silence pendant qu'il s'enfonce en elle. Heureusement ça ne dure pas longtemps. Sa démonstration de supériorité l'a excité, il va et vient 3 ou 4 fois en missionnaire puis la prend en doggy...3 ou 4 fois et jouit. 3 ou 4 fois de trop pour Annelie, 3 ou 4 fois qui la blessent encore plus. Mais maintenant il va la laisser en paix. Annelie ferme les yeux de nouveau et essuie ses larmes, elle reprend sa position préférée, sans dire un mot, elle serre fort son oreiller et pense à Nicolas et comme elle aimerait être auprès de lui, sentir la chaleur de son corps, sentir son calme et sa sérénité... Georges quitte la pièce, il ne reviendra que très tard, Annelie fera alors semblant de dormir, s'il s'était approché il aurait senti les larmes couler sur ses joues, mais heureusement il n'essaiera pas de la réveiller cette fois. Il s'endort. Elle fixe l'obscurité et finira par s'endormir elle aussi, mais tard, très tard. Au matin, à peine quelques heures plus tard, elle recommencera à vider les cartons, muette, vide, honteuse, abattue. Son regard est triste, elle est pâle, ses yeux sont gonflés et délavés, des cernes noires creusent son visage. George lui demande plusieurs fois si elle va bien, il se dit inquiet de son état, son calme le perturbe, il craint que ce ne soit le calme avant la tempête... Annelie a décidé de se protéger, elle ne dit plus rien, elle s'interdit de penser, elle ne pleur que lorsqu'elle est seule, et fait semblant d'aller le reste du temps. Elle se replie sur elle et essaie de survivre. Son regard est vide mais elle le rassure, elle va bien, elle est juste un peu fatiguée....
Il lui est reconnaissant d'avoir réfléchis et d'avoir pris la bonne décision et il espère qu'il n'aura plus à le lui redire, que cette fois elle a compris. Elle s'excuse de nouveau, sa poitrine lui fait mal, la déchire, elle se sent opprimée, elle voudrait crier, partir mais elle ravale du mieux qu'elle peut ses larmes... le silence est la seule sortie de secours qu'elle ait trouvé pour l'instant. Elle doit se protéger ou elle va y rester ...

1 commentaire:

  1. Je découvre ton blog!! superbe! photos et textes... au plaisir de continuer de le découvrir

    RépondreSupprimer