Nombre total de pages vues

Introduction

Le souvenir s'efface, se transforme, les écrits restent. Je voulais témoigner d'un moment de vie, un moment de passion, le partager, le faire vivre a travers quelques mots, quelques pensées profondes. Témoigner et dire la vérité sur ce qui se passe dans la tête, non pas de toutes les femmes, mais d'une femme en particulier. Que se passe-t-il lorsque cette femme mariée de 40 ans se lance dans des ébats amoureux et passionnés, lorsqu'elle décide de réveiller sa libido et se lance dans l'échangisme, lorsqu'elle fantasme... a quand remonte cet erotisme? Dans les romans tout est beau, ici, il y a aussi des maladresses. Que se passe-t-il vraiment dans la chambre et dans la tête d'Annelie? Pourquoi son mari ne lui suffit plus ? Comment recours t'elle à une aide extérieure réelle ou imaginaire? Amis voyeurs j'espère vous faire vivre des moments d'érotismes intenses, d'exhibition et de libertinage... Des mots qui laisseront libre cours à l'imagination... A bon entendeur....



mercredi 20 janvier 2010

ch.6 Une rencontre apocalyptique


Visite a domicile


Aujourd'hui Annelie attend Nicolas, chez elle. Il lui est arrivé plusieurs fois de venir lui rendre visite mais dans la journée, car il est rare qu'il puisse s’échapper de sa femme le soir. Annelie sait d’avance que la soirée va être torride, son désir est extrême ces derniers temps et cette fois il n'y aura pas le souci de l'heure pour récupérer ses enfants ou encore de devoir faire face a quoi que ce soit par la suite. Elle peut se laisser complètement aller, s’adonner a 100% au plaisir. Elle est prête, après s'être douchée, épilée, rasée, coiffée, maquillée, parfumée etc.… elle s'habille avec la jupe courte à fermeture à deux sens qu'elle s’est acheté spécialement pour lui, un petit chemisier dont elle laisse intentionnellement un bouton ouvert sur son décolleté provocant. La poitrine d'Annelie est opulente et encore ferme, elle sait que c'est la un de ces meilleurs atouts. Elle porte un string et un soutient gorge en dentelle blanche... l'humeur du jour. Elle se sert une vodka glacée, les bougies sont allumées, elle attend impatiemment le coup de sonnette.
Annelie a de très puissants souvenirs chez elle avec Nicolas, peut être les racontera t'elle ici un jour, lorsque son amant lui donnera moins matière à écrire, lorsque la distance les separera de nouveau. En attendant revenons a cette soirée. Annelie ne sait pas encore que de nouvelles choses l'attendent encore ce soir... depuis 2 ans et demi qu'ils se fréquentent, les ressources de Nicolas sont inépuisables! Elle découvre de nouvelles sensations encore et encore…
A peine Nicolas est il entré, qu'ils s'embrassent chaudement. Comme le plus souvent, les deux amants se dévêtissent mutuellement dans l’entrée, en s'embrassant, dans le désordre et la hâte, guidés par un désir fougueux. Annelie est en petite culotte et talons hauts, Nicolas la caresse en poussant son string sur le coté et l'embrasse, elle le caresse, descend le long de son corps en y déposant des baisers et termine à genoux, goulument occupée à lui donner du plaisir. Il la remonte, craignant certainement d'exploser trop tôt. Il se met derrière elle et lui caresse les seins en l’embrassant dans le cou, puis il la penche délicatement en avant sur le fauteuil qui se trouve près de la porte d'entrée. Il se tient derrière elle, à genoux, il lui écarte les fesses et commence à la lécher...elle gémit. Il la pénètre de ses doigts, de sa langue...puis il joue avec son sexe contre ses lèvres vaginales, glisse le long de son clitoris. Dans cette position il l'avait une fois pénétrée avec passion et incrédulité, la ce n'est pas de son sexe qu’il la pénètre mais de ses doigts...quel doux plaisir... elle aime s'offrir a lui, sentir son désir monter, le plaisir la fait gémir, elle se mordille les lèvres et se tortille, quand il joue avec elle et qu'elle lui expose son derrière et son sexe, elle ne se contrôle plus. Que de plaisirs intenses! Nicolas s'allonge sur le sol froid entre ses jambes et la tire a lui, elle s'assoit sur son visage. Elle sent sa langue glisser dans son vagin, puis titiller son clitoris. Elle sent l'orgasme arrive. Il aspire ses lèvres de sa bouche, elle prend son pénis dans ses mains. Il est si dur, elle masturbe ses bourses et son anus, le caresse et le lèche dans un 69, allongés a même le sol. Ils se relèvent et s'entrainent mutuellement dans la chambre pour terminer plus confortablement ce 69. Il la pousse sur le lit, lui écarte les cuisses et agenouille au bord du lit il se jette sur son sexe humide et continue à la dévorer. Elle ne résiste plus, elle se met en apnée. Elle lâche la tête de Nicolas qu’elle tenait fermement de ses 2 mains et qu'elle guidait, elle risquerait de lui faire du mal lors de l’orgasme; elle met ses bras en croix et tente de s'agripper à ce qu'elle peut. Elle se sent partir. Elle sert la couette dans ses poings et dans un ultime soubresaut elle se cambre. Elle qui ne savait pas faire le pont renversé a l’école primaire, elle se retrouve desormais inconsciemment dans de telles positions. Le plaisir est extrême, ses cuisses se referment sur la tête de Nicolas, puis son corps retombe, sa respiration repart, une douce chaleur l'envahit, elle sent le sang battre dans ses veines. Nicolas s'allonge près d'elle, lui caresse doucement les seins, un sourire aux lèvres. Elle tend son bras et commence à le caresser. Encore abrutie, ils s'embrassent. Annelie ne prend pas le temps de redescendre de son orgasme, le désir reprend le dessus... bon sang qu'elle aime être dans cet état. Elle est heureuse et se sent belle, désirée, plus rien n'a d'importance... seul compte le plaisir du corps et de l'âme, et pas seulement son plaisir a elle, leur plaisir mutuel. Les caresses, les stimulations, les pénétrations s’alternent. Annelie prend Nicolas dans sa bouche. Elle le sent près a partir, puis arrête, le lèche de haut en bas et de bas en haut, joue avec la peau de ses testicules entre ses lèvres, elle caresse ses bourses, lèche son anus, le laisse baiser sa bouche. Sur la table de nuit elle avait pris soin de mettre son godemichet vibreur, elle le tend à Nicolas qui la caresse de nouveau, lui aussi. D’abord surpris de ne pas avoir le mode d’emploi, il s’en sort à merveille. Occupés tous les deux a se donner du plaisir mutuellement, Nicolas la pénètre doucement avec le gode, il le fait vibrer sur ses lèvres, son anus et son clitoris, le plaisir est intense. Elle le dévore encore plus avidement. Reprenant son souffle par instant, elle se concentre de nouveau sur lui de plus belle par la suite. Elle jouit de nouveau... elle ne compte plus les orgasmes avec Nicolas, il lui fait perdre la tete. Il repose sur le lit le gode dont elle s'empare et continue à la caresser doucement. Elle le pose juste au dessous de ses testicules en vibration et le promène sur toute la zone en prenant son sexe dans sa bouche. Il ne va plus tenir... elle le chevauche et accélère le mouvement tout en replaçant le godemichet en vibration au même endroit... c'est l'apothéose pour Nicolas, dans une cambrure de reins brusque, il crie et éjecte sa cavalière comme un cheval sauvage de rodéo. Le moment de la cambrure fut très intense pour les deux amants, comme une explosion massive, un cataclysme puissant. Les deux corps retombent, l'un collé à l'autre. Ca faisait plus de 2 heures que les deux amants se donnaient du plaisir, Annelie peut enfin redescendre de ses nombreux orgasmes. Les deux amants peuvent à présent se dire bonjour ( !), échanger quelques mots et quelques rires… L'ambiance est agréable, Annelie voudrait que ca dure, elle apprécie beaucoup sa compagnie.
Il se fait tard, Nicolas commence à penser rentrer. Il enfile sa chemise qu’il retrouve dans le linge éparpillé au sol, et prend une bière bien fraiche. Annelie l’entraine sur le lit pour savourer sa bière.



Round 2

Ils se caressent tendrement tout en discutant. Annelie sait qu’il serait plus sage qu’il parte, mais ces deux amants la, ne savent pas très bien être sage… elle a encore envie de lui. Et apparemment lui aussi…Il lui caresse le sein et pince son téton. Tout en lui parlant. Il devient difficile a Annelie de se concentrer ou même de répondre, l’envie est grandissante, Annelie le ressent dans le bas de son ventre, une douce chaleur, une humidité soudaine, des envies de caresses, de sexe, de pénétration, de plaisir et encore de plaisir… Et c’est reparti, la machine est relancée, quelques orgasmes supplémentaires attendent Annelie. Nicolas assis au bord du lit caresse le sexe d’Annelie qui git sur le dos jambes légèrement repliées et cuisses écartées. La zone est hyper sensible, ses caresses sont douces. Elle apprécie chacun de ses mouvements les yeux clos. Soudain elle sent un liquide glacé sur son clitoris et ses lèvres, une sensation inconnue, toute la zone érogène se contracte au froid, apaisée des frottements qu’elle a subit et hyper réactive aux stimulations. Cet étrange massage que Nicolas performe sur elle en glissant ses doigts glacés le long de ses lèvres, n’est que pur plaisir une fois encore. Lors de leur toute première rencontre il avait bien utilisé son glaçon sur son clitoris, mais l’effet avait été différent, sans doute parce qu’il ne suivait pas une série d’orgasmes intenses ou encore peut être parce que la complicité n’était pas encore la. Toujours est-il, que c’est avec un clitoris gelé qu’Annelie entame une nouvelle série d’orgasmes. Les deux amants se masturbent mutuellement de nouveau, Nicolas utilise le godemichet, ses mains, ses doigts, sa bouche, sa langue de nouveau. Annelie explose à plusieurs reprises, les orgasmes sont violents, répétés, et se succèdent dans des temps records. Les deux amants sont en quasi 69, le dos d’Annelie est a plat sur le lit ses genoux repliés et ses cuisses bien écartées, Nicolas lui se tient sur son cote gauche. Et la, il se passe une chose qu’Annelie n’aurait jamais pu imaginer, entrelacés, la tête aux pieds, Nicolas bascule sur Annelie et s’enfonce en elle, leurs jambes sont entrecroisées. Puis ils arrivent dans une position incroyablement stimulante, Annelie sur le dos les jambes en l’air contre les fesses de Nicolas qui lui est à quatre pattes dans la continuité de son corps, son visage a elle est tourné vers le ciel d’un coté du lit et le sien est tourné vers le sol de l’autre coté du lit. La pénétration est moins profonde mais les sensations incroyables, toute la zone du périnée et de l’anus est stimulée intensément, Annelie suffoque de plaisir. Nicolas se retire, il devient fou, le plaisir se lit sur son visage, il sert Annelie très fort contre lui et dans une ultime masturbation part de nouveau lui aussi. Il aurait été dommage de laisser partir Nicolas et de rater ca! Il la rend dingue. Le lecteur averti doit surement avoir un petit sourire amusé; Annelie, elle, découvre de l’inédit. C’est l’épuisement total. Annelie aime ce repos mérité la tête posée sur le torse de son amant, elle reste la, silencieuse. Nicolas lui n’a pas l’air d’en revenir, il la trouve « phénoménale », incomparable, les capacités orgasmiques d’Annelie ont l’air de le surprendre. Etonnant, lui qui a connu tant de partenaires, aurait il tout simplement oublié ? Annelie ne peut pas croire qu’elle soit différente. Cet homme que d'autres avant ont surnommé "le professeur", à juste titre, est un amant remarquable, avide de donner du plaisir. Avec lui, Annelie se découvre et s’étonne a chaque fois plus, elle pousse ses limites chaque fois plus loin… jusqu’ou va les entrainer cette passion dévastatrice???
C'est ainsi que Nicolas repart, les yeux cernés plutôt épuisé, et abandonne chaleureusement Annelie, le sexe enflammé, le clitoris agar, complètement épuisée, lessivée et incapable de penser. Ce cataclysme d'orgasmes l'a vidée. "Plus ca va, pire c'est" .... Quand elle dit pire, elle se réfère à l'état dans lequel elle finit ses rencontres érotiques avec Nicolas, elle parle de l'intensité et de la fréquence de ses orgasmes; Annelie s’inquiète, elle dépasse les limites, elle dépasse ses propres limites, elle atteint des points de non retour…

Quand Annelie boit de l’alcool elle ressent toujours les effets du premier verre au 3eme ou 4eme verre, cet effet à retardement catastrophique s’applique aussi a sa vie sexuelle, Annelie ne ressent pas la fatigue, mais une fois que celle ci se déclare, c’est l’épuisement total qui suit, l’abrutissement complet. A peine Nicolas parti, elle se jette sur son lit, les bras en croix, elle n'a même plus la force de se glisser sous la couette, elle s'endort dans cette position nue et se réveillera quelques heures plus tard, pour se glisser sous sa couette. Ce soir elle ne pense plus a rien, plus d’inquiétude sur ses capacités, plus peur que Nicolas la remplace, elle git heureuse et rassurée …

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire